Légionnaire Flavia Minerva

 

 

Voici un romain de la Légion Première de Flavie et de Minerve, époque de Septime Sévère, 193-211 a. J.C, sculpté par Gianni La Rocca pour la marque Pegaso. Une pièce sobre, qui permet  de travailler tous les aspects de la figurine classique : des métaux, des tissus, de la fourrure, un peu de cuir, et enfin du dessin avec la décoration du bouclier. Un exercice assez complet que je vous propose de partager.

 

Ouvrons la boîte : le kit se compose de 10 pièces en plomb. Le moulage est de fort bonne facture. Ebarbage et polissage à la laine d’acier 000 ; si vous avez lu l’article sur la préparation d’une figurine, vous connaissez ! Les jambes sont immédiatement percées jusqu’aux genoux pour recevoir deux tiges métalliques qui assureront une fixation solide de la pièce sur son socle.

 

 

 

 

Particularité du découpage de la pièce : les épaules font partie intégrante de la cape. Pour l’accès du pinceau, il est plus facile de peindre la cape séparément. La préparation du montage nécessite donc un peu d’attention pour que tout s’ajuste bien au moment du collage.

 

Je colle les bras à l’aide d’une goutte de super-glue puis je positionne la cape à sa place sans la coller. Avec un foret de 1 mm, je contreperce le tout depuis le sommet des épaules jusqu’aux coudes. Il ne me reste qu’à démonter cet assemblage et à coller deux morceaux de trombones en les coupant à la bonne longueur pour qu’ils s’ajustent dans la cape sans dépasser (le résultat sur la photo ci-dessous).

 

Deux boulettes de milliput viendront masquer les trous dans la cape et le tour est joué !

 

 

 

 

Deux couches de Gris Humbrol Mat 28 assez largement diluée au White-Spirit pour ne pas empâter la gravure, une ébauche de mise en couleur toujours à la Humbrol et je me voici prêt pour sortir les tubes de peinture à l’huile.

 

J’ai placé une tige en haut de la cape ; elle servira plus tard au montage de la tête. Pour l’instant je l’utilise pour manipuler la cape pendant la phase de peinture

 

 

 

Le reste de la pièce est peint séparément. Aucune contrainte uniformologique, je choisis des couleurs de tissus qui se répondent bien. La cotte de maille et les jambières sont travaillées à la poudre métallique selon le procédé habituel.

 

Et je monte l’ensemble qui est déjà bien ébauché à ce stade.

 

 

 

La peinture du bouclier (scutum) constitue l’exercice de style de cette pièce. Je réalise le motif avant de coller le bouclier en place, c’est plus confortable à manipuler !

Tout d’abord un fond  rouge, éclairé dans sa partie supérieure

Puis une ébauche du tracé du motif à la TOB bien diluée pour pouvoir corriger facilement

 

 

 

Et je travaille le motif dans des tons d’ocre et de jaune, en prenant soin d’éclairer la partie haute en cohérence avec l’éclairage du fond rouge.

 

Les couleurs jaunes sont peu couvrantes ; ce travail est donc fait en deux fois avec séchage intermédiaire.

 

 

Enfin, je reprends les renforts métalliques et le umbo à la poudre métallique couleur bronze

Après mise en place du bouclier sur le personnage (là aussi j’ai placé une petite tige de renfort), il ne restera plus qu’à le patiner et le salir avec le reste de la pièce. Le résultat sur les dernières photos de cet article.

 

Le décor

La pièce correspond à une époque où la légion Première Flavienne était basée en Allemagne à Bonna (Bonn). Le personnage est recouvert d’une fourrure de loup. Il ne devait pas faire bien chaud !

 

Je choisis donc un décor de neige, avec un relief assez prononcé pour rehausser un peu la pièce

 

Je conserve la base en plomb fournie dans la boîte, en la retaillant à la pince coupante. Je rehausse cette base avec 2 morceaux de carton plume de 5 mm d’épaisseur pour créer un léger relief. Bien entendu, les tiges de fixation de la pièce traversent totalement ce carton pour se loger profondément dans le bois du socle !

 

 

 

 

Puis je recouvre l’ensemble d’enduit type Polyfilla en le texturant  au couteau à peindre et en sculptant des formes de rocher au pinceau gomme.

 

 

 

Je place un peu de végétation pour donner de la vie à ce décor. De la neige posée avec délicatesse sur cette végétation et c’est presque fini !

 

 

 

Presque, car il reste encore à salir le personnage pour l’instant tout propre.

 

 Je passe divers jus, en contrôlant bien leur progression sur le bouclier et la cape. Je projette des gouttes de peinture au pinceau. Je dessine des égratignures en trompe l’œil. Je pose des touches de vernis satiné et brillant pour reproduire une impression d’humidité. Toute une cuisine qui s’opère au feeling jusqu’à ce que le résultat me plaise.

 

Et cette fois-ci, c’est fini. Quelques vues de la pièce terminée sous tous les angles.

 

 

 

 

En conclusion, une pièce sympathique, sans grosse difficulté. La décoration du bouclier nécessite un peu de rigueur dans le dessin. Un excellent exercice, facilité par la surface pratiquement plate de l’objet. Si cette figurine vous tente, je ne peux que vous la recommander.

 

Et comme d'habitude, je vous cède la parole si vous souhaitez commenter

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Fabrice G (dimanche, 12 avril 2009 10:46)

    "Sans grosse difficulté" rien qu'à l'idée de devoir dessiner les motifs du bouclier je tremble !

    Beau boulot.

  • #2

    Eric G (samedi, 15 août 2009 15:39)

    ca donne le gout de la faire surtout le bouclier quel defis ca serais pour moi

    beau travail

  • #3

    Youcef B (samedi, 12 décembre 2009 13:36)

    les effets de salissures sont de toute beauté.

    Merci pour cette leçon