Cavalier lourd Séleucide

Quelques mots d'histoire sur les Séleucides, moins connus que les Grecs ou les Romains !

 

Il s'agit d'une dynastie hellénistique issue de Séleucos, l'un des généraux d'Alexandre le Grand, qui constitue un empire formé de la majeure partie des territoires orientaux conquis par Alexandre, allant de la Syrie à l'Indus. Le cœur de cet empire se situe en Syrie antique. Les Séleucides règnent jusqu'au deuxième siècle avant JC sur la Babylonie et la Mésopotamie.


Le personnage représenté ici est un cavalier lourd. Il est armé d'une longue lance (environ 4,5 mètres), similaire à la sarissa des phalanges macédoniennes, qui mesurait environ 1 mètre de plus.

 

L'action pourrait se situer dans la Turquie actuelle, à la bataille de Magnésie en 190 avant JC. Cette bataille  opposa les Romains, dirigés par le consul Scipion l'Asiatique, et les Séleucides, dirigés par le roi Antiochos III. Bataille décisive de la guerre antiochique (de 192 à 189 avant JC) qui vit la victoire de l'armée romaine, victoire due en partie à la supériorité de la légion romaine sur la phalange de type macédonien.


L'illustration ci-contre montre deux cavaliers séleucides aux prises avec l'infanterie romaine. Adriano Laruccia s'en est manifestement inspiré : l'équipement de la figurine qu'il nous propose est en tout point conforme à celui du cavalier représenté ici.



Voici un lien vers la gravure qui provient de forums.taleworlds.com https://www.pinterest.com/pin/547046685962427893/



La figurine est entièrement montée, à l'exception de l'épée et bien entendu de la lance. Quelques petites retouches de mastic pour colmater les joints, vraiment pas grand chose ! La fonderie est excellente, le casque et son cimier de plumes s'ajustent parfaitement sur le bras droit.

 

La longue lance est fournie en 2 parties qui se raccordent au niveau de la main.

 

Trois couches fines de peinture Humbrol gris mat n° 28 diluée au WS, passées au pinceau, concluent cette étape préparatoire.

Premières couleurs, toujours à la peinture Humbrol, pour se rapprocher de l'illustration placée au début de cet article, qui a manifestement été utilisée par A. Laruccia et qui va servir de "modèle" à la décoration de la figurine.


La peinture est largement diluée au WS, jusqu'à avoir la consistance du lait. De cette manière, elle s'écoule presque toute seule du pinceau et ne nuit pas à la finesse de la gravure ... ce qui est essentiel pour la suite ! 

11 juin 2015

 

Le début de la peinture à l'huile avec les ptéruges (les lambrequins qui constituent une sorte de jupe).

  • Elles seront en seront en cuir gris très clair, avec de petites franges rouges aux extrémités.
  • Le mélange est composé de blanc de titane, gris de Payne, noir d'ivoire et une petite pointe de TOB.
  • Cette ébauche manque sérieusement de contrastes et de définition. Il sera nécessaire d'y revenir à plusieurs reprises pour obtenir le résultat souhaité ...

 

Les plaques qui recouvrent les épaules du personnages sont traitées de la même manière, avec très peu de peinture très tirée : ces plaques sont ornées d'un motif qu'il ne s'agit pas de noyer dans la peinture !

La suite avec l'ébauche des parties métalliques.

  • Elles seront toutes de couleur bronze, obtenu par un mélange d'encre d'imprimerie dorée et de peinture à l'huile : terre d'ombre brûlée et bleu indigo.
  • Pour les parties ombrées, le mélange comporte beaucoup de peinture afin d'être sombre. Inversement pour les parties éclairées, il comporte une plus grande proportion d'encre d'imprimerie.
  • Ce mélange est assez poisseux en raison de la présence de l'encre d'imprimerie. Ajouter une goutte de liquin pour l'étendre un peu et bien tirer la peinture pour ne pas empâter la gravure.

 

Le bleu de la tunique est composé à partir de bleu indigo (R), bleu outremer clair (LB) et blanc de zinc (R).

Les bottes sont ébauchées avec un lavis épais de peinture violacée : noir d'ivoire avec une grosse pointe de violet de Bayeux.


Et la décoration des plaques d'épaule se met en place (laborieusement, c'est une galère de peindre avec précision autour de ce blanc ...) :

  • une bordure de cuir rouge soigneusement détourée : on commence par une très fine ligne de noir au fond de la gravure, puis on complète avec du rouge ;
  • et le motif central ébauché à la terre d'ombre brûlée, à peine rehaussée de quelques éclats d'encre d'imprimerie dorée.

Enfin, pour terminer cette ébauche générale, la carnation :

  • la couleur de base est un simple mélange de TOB et de TSB de la marque WN,
  • pour les ombres, on ajoute de la TOB puis du bleu indigo,
  • pour les lumières, on ajoute du blanc de titane, en plusieurs fois, ainsi qu'une pointe de jaune de chrome foncé

L'affaire commence à prendre tournure mais il reste encore beaucoup de travail pour "mettre le brouillon au propre" !


La chevelure pour commencer, notre cavalier est teint en blond. Mélange d'ocre d'or, d'ocre jaune et de blanc de titane, avec une pointe de violet de Bayeux et de TOB. La travail des mèches est réalisé en "poil par poil".


Le plumet qui orne le casque est retravaillé de la même manière : un jus de rouge sombre (rouge de cadmium foncé + bleu indigo) est passé dans les creux, et dès que c'est un peu sec, on reprend toutes les bordures au rouge pur, en ajoutant de l'écarlate de cadmium sur les parties les plus éclairées.


Un gros morceau, les parties métalliques, qui sont entièrement reprises pour leur donner plus de peps. Le même mélange que précédemment (TOB + bleu indigo + encre d'imprimerie dorée) est utilisé, mais les contrastes sont amplifiés. Travail en cours sur les photos qui suivent.

28 juin 2015


Les parties métalliques sont terminées. La brillance des photos précédentes a disparu après quelques jours de patience. Il ne restera qu'à placer quelques petites touches de lumière à l'encre d'imprimerie pure.


Peinture des cordons de fixation des épaulières, du revers des bottes, reprise de la bordure blanche de la ceinture ... 

Suite du jeu des 7 erreurs ...

  • La plus évidente : le glaive a été collé en place et peint.
  • Les lanières de fixation des protections des bras ont été peintes en cuir rouge : on commence par un détourage soigné avec un rouge très sombre (bleu indigo + rouge de cadmium foncé), puis on éclaire progressivement au rouge et à l'écarlate.
  • Les ptéruges ont été reprises pour en augmenter le contraste : lavis de noir d'ivoire dans les creux ; glacis de blanc de titane sur les parties les plus éclairées et les reliefs des coutures. C'est assez long ... et ce n'est d'ailleurs pas tout à fait terminé.
  • La tunique bleue a été totalement repeinte (bleu indigo, bleu outremer clair, blanc).

30 juin 2015


Et c'est la fin. Le personnage est fixé sur son socle, où un petit décor rocailleux a été préparé au préalable : un peu de sable, quelques petites pierres, une touffe d'herbe sèche, le tout collé à la colle à bois diluée dans de l'eau.


En la lance, peinte séparément en rouge sombre, est mise en place. Elle coulisse à l'intérieur de la main et un piton assure sa tenue dans le sol. Elle reste donc amovible, et en deux parties (le raccord est à l'intérieur de la main, donc totalement invisible). 


Quelques photos finales.

Et une vue d'ensemble pour visualiser la longueur de la lance.

Pour conclure, espérons que cette belle brochette qui rentre à peine dans la caisse de transport et dans la vitrine, ne revienne pas lamentablement tordue de sa première expo ...

Écrire commentaire

Commentaires : 7
  • #1

    mund.p (jeudi, 25 juin 2015 09:29)

    hello jf, tres belle fig que voila et en plus je dois bientot la commencer hahahaah
    il tombe tres bien ton article que je vais suivre avec assiduité
    ta peinture est toujours aussi excellente,je suis jaloux
    ps: pourrais tu me dire ou trouver l'image que tu as postée plus haut du cavalier sur son cheval ? car pas moyen de la recuperer
    merci à toi

  • #2

    mund.p (samedi, 27 juin 2015 15:20)

    cool grand merci à toi pour le lien, genial

  • #3

    mund.p (dimanche, 28 juin 2015 22:30)

    merci pour cette suite,tes chairs toujours aussi belles ,j'adore le dessin du genou on sent vraiment les muscles sur la jambe,et tes ors sont vraiment reussis

  • #4

    Michel B. (mardi, 30 juin 2015 22:43)

    Ce PAP est splendidement fait, bravo pour cette aide à l'initiation, qui donne vraiment envie de peindre des figures de cette époque !!

  • #5

    mund.p (mercredi, 01 juillet 2015 12:25)

    superbe final de cette piece jf et quelle lance!!!!!!!!!!!
    ca devait faire mal sur le champ de bataille

  • #6

    Duck (mercredi, 01 juillet 2015 14:00)

    Bonjour Jean-François, ensemble agréable et harmonieux, comme toujours, et j'apprécie particulièrement la réalisation des ptéruges dans un ensemble gris-blanc équilibré.

  • #7

    lapoisse (dimanche, 05 juillet 2015 15:39)

    bonjour
    beau tuto comme d'habitude.