Chef celte - 3ème siècle avant JC

 

Le personnage est un chef de guerre, portant un bouclier et une longue épée typique de l'époque de la Tène. Il est également coiffé d'un casque métallique muni de deux longues cornes. Très encombrantes au combat, ces cornes ... Il s'agit plus probablement d'un casque d'apparat.

 

Les braies et la cape garnie de fourrure en partie supérieure pourront être l'occasion de tracer quelques lignes ou quelques carreaux, mais tout d'abord, il faut monter la pièce ...

 

 

Préparation et montage

La fonderie est de bonne qualité et les différenres pièces nécessitent peu de retouche : ébavurage, ponçage, polissage, le menu habituel !

 

La cape est en deux parties. Pour faciliter l'assemblage, en assurant la tenue des deux pièces pendant le séchage de la colle, j'ai placé deux petits pitons en fil de cuivre torsadé.

Après collage, il va rester un petit joint à combler au milliput.

 

La cape ne sera pas montée pour l'instant afin de faciliter les opérations de peinture

 

Par contre, le bras droit est monté sur le personnage, et le bras gauche à l'intérieur du bouclier. Tous les essemblages sont pitonnées avec des morceaux de trombone ; pour les petites pièces j'utilise du fil de cuivre torsadé.

 

Une sous-couche Humbrol gris mat 28 est passée en 3 fois. La peinture est bien diluée au WS.

 

Quelques couleurs à la Humbrol pour préparer la suite. La peinture est toujours très diluée pour êtres très fine, et passée en 2 ou 3 couches jusqu'à ce que le fond soit bien homogène ... ce qui n'est pas encore le cas pour la cape sur la photo qui suit !

Le montage à blanc révèle de petits défauts d'ajustement au sommet de la cape. Rien de très grave, un peu de milliput suffira à corriger cela après le montage, mais nous n'en sommes pas encore là !

Enfin, je prépare également le socle de la pièce. La base est un carré de 40 mm de côté, juste suffisant pour un décor de taille adaptée à la pièce.

 

La figurine est livrée avec une base en plomb que je ne vais pas utiliser.

 

Par contre je conserve le second bouclier fourni dans la boîte, sur lequel le personnage posera le pied.

 

Je modèle le terrain avec du milliput, en prévoyant une lègère déclivité sur l'avant, où je pourrais placer une flaque d'eau ou de boue.

 

 

Une vue d'ensemble pour terminer cette préparation

 

 

 

 

Place à la peinture !

Je vais commencer par les braies, qui seront grises avec des rayures marron.

 

Une première couche à l'huile permet de poser les grandes zones d'ombres et de lumières (l'arrière est bien entendu très sombre puisqu'il sera à l'ombre de la cape).

 

Voici le résultat obtenu après "cuisson" au four (90 °C pendant environ 45 mn).

Cette première couche est très insuffisante. Les contrastes sont peu prononcés, et dans les parties sombres, on voit tous les coups de pinceaux : la couleur claire de la sous-couche réapparaît sous la peinture à l'huile.

 

Rien d'anormal, il suffit de passer une seconde couche, selon exactement le même procédé. Cette fois-ci, c'est beaucoup mieux ! 

Les contrastes sont volontairement un peu accentués, car le motif de rayures va les atténuer visuellement assez fortement.

 

Ce motif est tout simple : des lignes verticales, une grosse au milieu et une petit de chaque côté. Inutile de peindre les parties cachées par la cape. Par contre, ne pas oublier la partie au dessus de la ceinture !

 

 

Suite avec la peau, qui représente un gros morceau sur cette pièce. Ici les fondus sont très progressifs, afin de ne pas trop marquer la musculature.

 

A ce stade, il s'agit d'une ébauche, la peau sera véritablement terminée après le montage de la pièce.

 

La palette est très classique : TOB, TSB, ocre jaune et blanc de titane.

 

Quelques images de la progression :

  • je commence par poser les ombres,
  • puis je juxtapose la base (la couleur médiane de la palette) et je fonds aux limites
  • et enfin je pose les lumières

L'arrière est très sombre, à l'exception des épaules que la cape laisse découvertes

 

 

J'ai également préparé tous les bijoux (qui seront dorés) avec une couche de TOB un peu diluée au WS.

 

Enfin, les tresses sont peintes dans une couleur orangée qui sera retravaillée plus tard avec des jus de peinture.

 

 

La cape ! Indiscutablement, le morceau de bravoure de cette figurine. Elle sera verte foncée, avec un quadrillage de fines lignes claires.

 

Tout d'abord la couche de fond, qui ne pose aucune difficulté. Ici aussi, la peinture est cuite au four à 90 °C 

 

C'est maintenant que les choses se compliquent avec le motif de lignes. Un pinceau en parfait état est absolument obligatoire !

 

J'ai utilisé un WN série 7 - 00. Très pointu, il dispose d'une bonne réserve qui permet de tracer des traits assez longs sans avoir à recharger. 

 

Le tracé nécessite quand même un certain temps, et même un temps certain ! La difficulté n'est pas tant la régularité du motif (les plis de la cape permettent de tricher aisement et de rompre le motif), mais la finesse et la régularité des lignes.

 

Le truc est de trouver la bonne dilution de la peinture : en gros entre la crème et le lait. Elle doit couler du pinceau, mais sans s'étaler non plus. L'avantage de l'huile, c'est qu'on peut nettoyer au WS et retoucher !

 

Pour décompresser un peu, on peut passer aux boucliers, dont la décoration est un peu élaborée, mais nettement plus simple que toutes ces lignes.

 

Celui que tient le personnage est d'une couleur proche de celle la cape. Le bras a été peint au préalable, en même temps que le buste du personnage.

 

La partie intérieure est peinte en ocre puis travaillée avec de jus sombres qui soulignent la gravure des fibres du bois.

 

Le motif est inspiré d'une illustration trouvée dans un Osprey, adaptée pour tenir compte de la forme particulière de l'objet. Deux petits triskells sont ajoutés, en rappel à celui que le personnage porte en pendentif.

 

Le travail commence par un dessin  sur une feuille de papier pour se faire la main.

 

Puis je peinds la couleur de fond (un vert sombre) en plaçant les ombres et les lumières.

 

Lorsque c'est bien sec (le four permet de gagner beaucoup de temps !), je reproduis le tracé du motif à l'aide d'un mélange de TOB et de blanc bien dilué afin de pouvoir corriger facilement.

 

Et lorsque le motif en place est bien sec (toujours e four !), il ne reste qu'à le mettre soigneusement en ombres et lumières, en cohérence avec le fond. Les photos 4 et 5 montrent ce travail en cours.

 

Enfin, les renforts métalliques sont peints à la poudre d'argent mélangée à de la peinture (TOB, bleu indigo et noir).

 

Quelques images :

 

Le bouclier au sol est quant à lui directement repris de celui qui illustre la boîte. Ici aussi un dessin sur papier permet de se faire la main avant de commencer.

 

Sur un fond ocre, le motif est mis en place au trait à la TOB diluée. Lorsque le tracé est bien en place, on remplit le dessin. 

 

 

Reprise du personnage avec le montage de la cape, qui sera collée à l'araldite (en plus elle est pitonnée)

 

Comme prévu, les petits défauts doivent être corrigés au milliput (voir photo suivante).

 

Ceci nécessite une petite reprise de peinture. La palette était précieusement conservée au réfrigérateur, ce qui permet de garder les mélanges pendant plus d'une semaine. Le four, le frigo ... La peinture à l'huile, c'est vraiment de la cuisine !

 

 

Les métaux sont traités sur une base de TOB diluée (photo 1 suivante), avec un mélange d'encre d'imprimerie dorée et de peintures.

 

L'encre d'imprimerie se présente sous une forme pâteuse, plus consistante que la peinture à l'huile. Elle se mélange facilement à la peinture en ajoutant un peu de liquin. Avec beaucoup de poudre, on obtient des lumières vives ; avec beaucoup de peinture (noir, TOB et bleu indigo), on obtient des ombres. Tout simple !

 

La première couche (photo 2) vise à définir les grandes zones d'ombres et de lumières. Lorsqu'elle est sèche, je reviens à plusieurs reprises avec des jus pour apporter des nuances. Et j'ajoute des éclats de lumières à l'encre pure mélangée à du liquin (photos 3 et 4).

 

Quelques images du casque, dont la taille des cornes peut d'ailleurs prêter à discussion ...

 

 

 

La peau de loup qui garnit le sommet de la cape a été peinte en gris sombre, puis des lumières ont été apportées en blanc en peignant "poil par poil". Des nuances de marron sont ajoutées en jus après séchage.

 

Il reste à procéder aux finitions pour donner des nuances et du vécu à l'ensemble. Le personnage est au combat !

 

Le décor a été garni de brindilles et de petites feuilles s'envolant au vent, le tout collé à la colle à bois diluée. L'ensemble est peint et patiné en harmonie avec le personnage.

 

Et voilà, ce nouveau celte peut rejoindre ses petits camarades de vitrine, avant de participer à sa première expo ...

 

 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Duck (samedi, 02 juillet 2011 16:40)

    Ave, votre Celte est somptueux; pour votre décor vous utilisez du miliput; est-il plus facile que la pâte à bois? sinon plus onéreux.
    Votre avis m'intéressrait!
    Cordialement,
    kenavo an distro.
    Duck

  • #2

    mund.p (vendredi, 08 juillet 2011 19:24)

    encore une superbe piece,vraiment les motifs sont magnifiques