Chevalier teutonique - 1410

Pour la troisième année consécutive, le MCK organise son challenge. Rappelons qu'il s'agit de réaliser la même pièce dans le courant de l'année avant de les regrouper lors de notre festival annuel en octobre. Pour les maquettistes, ce sera une 2 CV Citroën.

 

Et pour les figurinistes, ce chevalier teutonique du 15ème siècle, sculpté par EBROIN pour Alexandros Models. Une bonne vingtaine d'adhérents du MCK et d'ailleurs ont répondu présents, c'est déjà un beau succès !

 

La pièce est au standard du 75 mm, moulée en métal. Le personnage est muni d'un grand pavois qui va constituer le morceau de bravoure de cette pièce. Quand on regarde la décoration de celui du box-art, on a un peu peur de se lancer. Courage, il existe des motifs plus simples, le but est que chacun y prenne son plaisir et arrive au bout !

 

Alors ... c'est parti !

Préparation des pièces

 

La boîte contient 12 pièces en plomb (plus une base qui ne sera pas utilisée ici). La préparation nécessite un peu de travail mais la fonderie est globalement de bonne qualité. Ponçage, ébavurage, polissage, pitonnage, quelques ajustements à blanc, la préparation doit être soignée !

 

Voici le résultat, toutes les pièces sont prêtes à être assemblées.

L'ajustement de la tête sur le tronc nécessite de retailler un peu les deux pièces, sinon il reste un "jour" assez important. Un petit truc pour voir où il faut enlever de la matière, c'est à dire voir où ça frotte : le bon vieux papier carbone. On en place un petit morceau entre les deux pièces, on bouge un peu et hop, on taille sur les marques d'encre. Deux photos suffisent.

Et voilà, l'ajustement est parfait.

Premiers assemblages.

 

Après avoir fixé la tête, j'ai eu la mauvaise idée de monter les bras sur le buste. Erreur ... que je vais payer plus tard. Leçon à retenir : coller les bras à la fin !

 

Puis le buste est fixé sur le bassin. La tige métallique qui traverse le buste de la tête à la taille garantit la solidité de l'ensemble. Les cavités intérieures sont comblées au mastic. Collage à la colle Epoxy. Des élastiques maintiennent l'ensemble pendant le temps de durcissement de la colle. Si une bavure de colle se forme, essuyer immédiatement avec un coton tige trempé dans de l'alcool à brûler.

Le montage de la visière est un peu délicat. Pour qu'il soit bien solide, la mise en place de 2 petits pitons est préférable à un simple collage. Il reste à couper les antennes !

Retouche de mastic au niveau des épaules. Les joints sont assez importants mais un peu de Milliput les comble sans difficulté. 

Le poignard et l'épée sont mis en place,  La main gauche, moulée sur le pavois, sera fixée après la décoration de celui-ci. Le montage de la figurine est donc terminé. 

C'est le moment de positionner la pièce sur le socle. Mauvaise surprise, le bras gauche est positionné trop haut. Du coup le bas du pavois se retrouve à 5 mm du sol. Quel c.. !

 

Plusieurs options :

  • Démonter le bras ? Pas trop envie, l'assemblage est solide, j'ai fait tout ce qu'il fallait pour ça !
  • Tricher sur le sol en ajoutant du volume ? J'ai fait une tentative, mais l'écart à combler est vraiment trop important
  • Agrandir le pavois ? Oui, pourquoi pas, sa forme n'est pas "standardisée". C'est l'option que j'ai retenue.

 

Percer quelques trous dans la tranche basse. Y coller de petits pitons métalliques Poser du mastic (Milliput Standard Yellow Grey), lisser, poncer, reprendre ... Et voilà, le pavois va atterrir, ouf !

Le socle vient de chez l'ami Dino Pivato ; son plateau est un carré de 50 mm de côté, bien adapté à la taille de la pièce.

 

Le décor sera rudimentaire : une couche de mastic (Milliput Terracotta) recouverte de graviers avec de petites pierres et 3 touffes d'herbe. Le tout est fixé à la colle à bois diluée dans un peu d'eau. Les empreintes des pieds et celle du bas du bouclier ;-) sont préservées : il suffit de ne pas y mettre de colle ! De même des morceaux de cure-dents empêchent les graviers de tomber dans les trous lors du saupoudrage.

 

Un peu de peinture fera le reste ... plus tard.

Base à la peinture Humbrol gris mat n°28 pour détecter les derniers défauts.

 

Et quelques couleurs, toujours à la peinture Humbrol largement diluée au WS.

Et voilà, c'est prêt pour passer à la décoration proprement dite ...

Les parties métalliques

Beaucoup de métal sur cette pièce ! Les pièces d'armure sont peintes avec un mélange d'encre d'imprimerie argentée et de peinture à l'huile.

 

Un mélange de TOB et de bleu indigo permet d'obtenir un noir qui varie du vert au bleu sombre selon le dosage. Puis on incorpore progressivement de l'encre à  mélange : plus on met d'encre, plus la couleur s'éclaire. Les ombres les plus profondes seront ainsi réalisées à la peinture pure tandis que les lumières ultimes seront figurées avec de l'encre pure. Voilà pour le principe. La réalisation est assez longue, plusieurs passages sont nécessaires pour obtenir le contraste voulu.

 

Quelques images ...

Un plan plus rapproché, les nuances et les lumières apparaissent progressivement.

 

 

On s'approche du but !

La brigantine

La brigantine est une armure de plaques rivetées sur du cuir ou du tissu épais. Fournissant une excellente protection, elle peu onéreuse et simple à fabriquer. Pour ces raisons, elle est rapidement adoptée par les nombreux mercenaires du 14ème siècle qui portaient alors les noms de « routiers » ou de « brigands », d'où le nom de l'armure.

 

Assez longue à peindre, avec toutes ces plaques et ces clous ... Pour les clous :

  • un pinceau très pointu,
  • une touche de noir pur, avec de la peinture un peu étendue avec un médium, huile d'oeillette ou liquin
  • puis une pointe d'encre métallique, en faisant très attention de ne pas déborder !

 

Le visage

Un sourire en coin, une grande balafre sur la joue, un regard en devenir ... et une vilaine poussière sur la visière. Encore plein de travail en vue. La photo est très moyenne mais elle est bien utile pour la suite.

 

 

Le visage terminé.

La décoration du pavois

Des hésitations et quelques essais infructueux ... 

J'ai finalement choisi de réaliser une peinture un peu "simpliste" de Saint-Georges aux prises avec son dragon. Pas très original mais sympathique à réaliser. Quelques recherches sur Internet - les gravures ne manquent pas - et un crayonné rapide pour commencer.

Un tracé avec de la TOB diluée au WS permet de poser le dessin sur le bouclier.

 

C'est le plus délicat mais il est très facile de corriger : un coup de pinceau humidifié au WS et hop, l'erreur est effacée et on recommence ! Ici, pour commencer j'ai placé la lance que tient le personnage puis j'ai dessiné autour de ce repère.

 

Le pavois est bien rempli par le motif, ce qui était souvent le cas à l'époque.

La mise en couleurs se fait progressivement, en prenant tout son temps. Rien de bien compliqué mais pinceau bien affuté indispensable, ce n'est quand même pas très grand (les photos qui suivent sont à l'échelle 1).

Sur la dernière image, il reste encore à dessiner la lance. Je le ferai lorsque tout sera bien sec pour pouvoir retoucher sans risquer d'abimer le dessin.

 

La couleur du fond est un jus de peinture de couleur vert foncée (TOB + bleu indigo) étendue au WS. Ce jus est très épais en bas du pavois et de plus en plus dilué en remontant. En tamponnant immédiatement avec un gros pinceau rond un peu humide, on obtient très simplement un dégradé muni d'un motif  aléatoire qui fait fonction d'arrière plan.

Après de multiples finitions, voici la pièce terminée installée sur son décor. Le bouclier touche bien le sol !

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Duck (mercredi, 26 avril 2017 10:01)

    Du beau travail, avec un visage expressif aux teintes bien contrastées et un écu soigné représentatif de l'époque. Une méthode présentée claire et précise.

  • #2

    Ramucho Diaz (mercredi, 26 avril 2017 22:30)

    Une très belle réalisation. Je trouve que vos teintes sont plus contrastées sur cette pièce que d'habitude et cela lui va très bien. Merci pour votre article. Bravo

  • #3

    Daniel (vendredi, 05 mai 2017 19:26)

    Quelle réalisation!
    Le bouclier est juste magnifique.
    Bravo!

  • #4

    Erik (mercredi, 07 juin 2017 11:43)

    Un travail de maitre
    Que dis-je ? Un chef d'oeuvre !