Marc Aurèle

Sous la référence SR-48, la marque Soldiers nous propose un sénateur romain en toge, d'une époque située entre le 1er siècle avant JC et le 2ème siècle après JC.

 

Soldiers se montre généreux, puisque ce n'est pas moins de 4 têtes différentes qui sont livrées dans la boîte. Et l'une d'entre elles ressemble comme deux gouttes d'eau à celle du buste de Marc Aurèle figurant sur la photo ci-contre.

 

La tentation était donc grande de représenter ce célèbre empereur romain qui trouvera aisément sa place dans la collection des personnages célèbres de l'Antiquité

 

 

 

Un peu d'histoire pour commencer

Marc-Aurèle est né en 121. Comme Trajan et Hadrien, il est issu d'une famille italienne installée en Espagne. Il fut remarqué et adopté par l'empereur Hadrien, puis par son héritier Antonin, dont il épousera la fille Faustine.

 

Elevé au palais impérial, il apprend tant l'exercice du pouvoir que la réflexion morale du stoïcien Epictète, qui lui enseigne l'amour de la liberté.

 

A la mort de Antonin en 161, il accède au trône. Il a alors 40 ans. Pendant les dix-neuf ans que dure son règne, et malgré son dégoût pour la violence, Marc-Aurèle ne devra cesser de guerroyer, pour défendre l'Empire contre les attaques des Barbares.

 

Réputé pour sa tolérance, Marc Aurèle n'en laisse pas moins persécuter les nouveaux chrétiensnotamment à Lyon, où le supplice d'une jeune esclace, Blandine, est resté dans les mémoires. Sainte Blandine est aujourd'hui patronne de la ville de Lyon.

  

C'est sur le front du Danube que Marc-Aurèle s'éteint en 180, vaincu par la peste. Son fils Commode, à la triste réputation, lui succédera sur le trône de l'Empire.

 

On retrouve dans 'Pensées pour moi-même', qu'il écrivit durant ses expéditions militaires, la philosophie stoïcienne dont il avait fait un examen de conscience permanent.

 

Marc-Aurèle est considéré comme l'un des meilleurs empereurs que Rome ait connu.

 

 

 

Et la figurine !

 

La préparation et le montage de la pièce seront simples, puisque la figurine est presque monobloc : à part la tête, seule l'extrémité du bras droit est à ajouter. Deux pitons sont placés dans les pieds pour renforcer la fixation de la pièce sur son socle. 

 

Le personnage est vêtu d'une tunique recouverte de la toge des citoyens romains. Le tombé des vêtements est merveilleusement rendu par une multitude de plis qui s'annoncent déjà comme un régal à peindre.

 

Après deux fines couches de gris Humbrol, je suis prêt pour les choses sérieuses !

 

 

Et l'affaire s'annonce sérieuse en effet, puisqu'il va s'agir de blanc, une couleur qui n'est pas réputée pour sa facilité ...

 

Ma technique de travail consiste à partir d'un gris assez sombre, que j'éclaire progressivement jusqu'au blanc presque pur.

 

La palette que j'ai composée cette fois-ci comporte :

  • un mélange de noir d'ivoire et de gris de Payne, en parts égales, qui seront l'ombre la plus profonde

 

  • j'y rajoute une toute petite pointe de violet et de terre d'ombre naturelle pour enrichir la couleur

 

  • puis j'éclaire cette base très sombre en ajoutant du blanc de titane à plusieurs reprises.

  

 

 

Voici le résultat d'une première couche de peinture.

 

Le procédé a consisté à diviser la figurine en trois tiers sur sa hauteur. Le tiers supérieur est peint en gris clair ; le tiers médian en gris un peu plus foncé, et le tiers inférieur dans un troisième niveau de gris.

 

J'obtiens ainsi la base d'un éclairage zénithal, que je vais amplifier en travaillant chaque repli du tissu : de l'ombre en dessous, de la lumière au dessus, le tout devant être soigneusement dosé, pour ne pas exagérer la mise en relief.

Après ce premier passage, la couleur générale est exagérement grise.

 

Une deuxième couche de peinture sera donc nécessaire pour améliorer les contrastes et intensifier les lumières jusqu'au blanc pur. 

 

 

Comme vous le voyez sur les photos ci-dessus, j'en ai profité pour peindre la peau de Marc-Aurèle, que j'imagine en brun assez mat.

 

La palette de la couleur chair est la toute simple :

 

  • un premier mélange de terre d'ombre brulée et de terre de sienne brûlée

 

  • j'ajoute un peu d'ocre d'or et j'éclaire progressivement en ajoutant du blanc

 

  • et je prélève un peu du premier mélange pour y incorporer une pointe de bleu indigo, pour obtenir une ombre plus profonde

 

 

Vous voyez aussi que la toge est bordée de pourpre et que la tunique est ornée d'une bande de la même couleur. Cet attribut était réservé aux consuls, ce que Marc-Aurèle fut par trois fois. 

 

Il s'agit de pourpre de Tyr, une teinture rouge violacée inventée par les phéniciens et fabriquée à partir d'un coquillage, le murex. Tyr (dans l'actuel Liban) était un site de production de pourpre. Le pourpre de Tyr était une denrée de luxe dans le monde méditerranéen antique, associé au pouvoir magistral et impérial. Il disparut avec l'empire, au 5ème siècle.

 

 

Encore quelques retouches et la figurine est presque terminé

 

 

 

Et voilà, Marc Aurèle a rejoint son décor, tout simple comme j'aime pour ce type de personnage, un sol de marbre foncé, pour mettre en valeur le drapé de la toge.

 

Un pièce qui fournit une bonne occasion de travailler le blanc !

 

Si vous voulez commenter, à vous la parole !

Écrire commentaire

Commentaires : 7
  • #1

    mund.p (jeudi, 16 septembre 2010 23:56)

    toujours une aussi belle peinture, et mon dieu quel visage,superbes teintes en un mot j adore,merci jfp pour cet article c est toujours prenant a lire

  • #2

    bertrand (mardi, 05 octobre 2010 12:47)

    magnifique que dire de plus

  • #3

    cédric.m (mardi, 09 novembre 2010 22:35)

    peinture de la peau superbe, bonne idée que d' ajouter de l' ocre d' or pour des sujets antiques.

  • #4

    Joël des Landes (jeudi, 18 novembre 2010 21:04)

    Ave, j'apprécie beaucoup votre travail et votre article dans le denier "figurines" est superbe! je constate que la peinture à l'huile est toujours vivante et que vous êtes l'un de ses meilleurs représentants.
    Cordialement
    J.

  • #5

    grehan michel (dimanche, 21 novembre 2010 16:46)

    trés beau sujet et trés belle peinture .
    le visage est absolument magnifique même en gros plan.
    bon je retourne essayer de faire dix fois moins bien
    salut jf

  • #6

    mund.p (lundi, 07 mars 2011 19:17)

    bonjour jf
    comment obtenez votre ton pourpre si cela n est pas indiscret?

  • #7

    Jean (vendredi, 09 septembre 2011 07:05)

    La figurine est plus attirante non-peinte ! La mise en couleur la rend vraiment kitsch ! Pourquoi ne pas l'avoir traitée comme une statue, ou au moins en camaïeux ?