Pyrrhus, roi d'Empire

Qui ne connaît l'expression "c'est une victoire à la Pyrrhus", qualifiant une victoire ruineuse pour le vainqueur.

 

L'expression est une allusion au roi Pyrrhus Ier d'Épire, dont l'armée souffrit de grandes pertes dans ses batailles contre Rome. À chaque victoire de Pyrrhus, les Romains perdaient plus d'hommes que lui mais ils pouvaient facilement recruter de nouveaux soldats ; leurs pertes affectaient donc beaucoup moins leur effort de guerre que celui de Pyrrhus. Et Rome finit bien entendu par triompher ...

 

Né vers 318 avant JC, neveu d'Alexandre Le Grand, Pyrrhus 1er fut le commandant en chef des Molosses à partir de 297, et roi d'Épire de 306 à 302 puis de 297 à 272.

 

Ambitieux conquérant, Pyrrhus est l'un des plus redoutables adversaires des premiers temps de la Rome antique. Après avoir considérablement accru le territoire de l’Épire, il devient roi de Macédoine et de Thessalie, s’imposant aux  Grecs comme leur champion. C’est à ce titre qu’il répond à l’appel des Grecs de Tarente et remporte sur les légions romaines la bataille d'Héraclée en 280 av. J.-C. Il marche sur Rome et manque de peu de l'acculer à la capitulation.

 

Les cités grecques de Sicile l'adjurent à leur tour de les protéger. Il accumule les succès et obtient la réconciliation des chefs de Syracuse, minée par de vieilles rivalités, et réalise l'union sacrée des cités grecques. Pyrrhus apparaît ainsi comme celui qui faillit empêcher la Sicile grecque de devenir « une province des Phéniciens ou des Osques ».

 

Les défaites qui ont conclu ses campagnes de Grande Grèce et brisé son élan tiennent d'abord à la puissance matérielle et à la force morale de Rome. Mais ni les revers qui achèvent sa carrière, ni la démesure de son ambition n'ont réussi à ternir cette figure d'épopée que rehausse sa stature héroïque où dominent la fougue, la vaillance personnelle et la science stratégique.

 

Le buste présenté sur la photo ci-dessus est visible au musée de l'archéologie de Naples. Le casque est très particulier, une sorte de bol garni d'une couronne de feuilles de chêne ou de lauriers.

 

Nul doute que Adriano Laruccia s'est inspiré de cette sculture pour réaliser la figurine que nous propose ici la marque espagnole Art Girona.

Le "box-art", réalisé par J Gamarra, présente une harmonie de cuirs blancs et de tissus violets, avec une cuirasse en métal blanc.

 

Pour ma part, j'ai choisi une cuirasse en bronze, sans doute plus probable à l'époque, des ptéruges en cuir gris et une cape de couleur marron. La ceinture de tissu rouge apporte une note de couleur un peu plus vive dans cet ensemble discret.

 

La décoration ne pose aucune difficulté. Le visage, superbement gravé, mérite de l'attention car il constitue le centre d'intérêt principale de la pièce.

 

Voici quelques images de la pièce terminée.

Et quelques éléments sur les couleurs utilisées :

 

  • Le marron de la cape est un assemblage de noir d'ivoire + terre d'ombre brûlée, avec une pointe de violet de Bayeux ; éclairé au jaune de Naples extra puis au blanc de titane

 

  • Le cuir gris des ptéruges est composé de noir d'ivoire + gris de Payne + blanc de titane, avec un long travail de détaillage essentiellement en trompe l'oeil

 

  • Le bronze de la cuirasse est un mélange d'encre d'imprimerie dorée et de brun Van Dyck, repris après séchage de nombreuses reprises en lavis colorés pour obtenir des nuances discrètes de vert, violet, bleu ...

Un beau visage, orné du casque mentionné plus haut qui atteste de l'identité du personnage.

En conclusion, une figurine sympathique et toute simple, peut-être un peu trop simple d'ailleurs pour un tel personnage ... Pyrrhus, roi d'Epire, n'est pas le meilleur (pas mal le jeu de mots !) de la série, mais reste une pièce de grande qualité, qui viendra compléter utilement une collection consacrée aux personnalités de l'Antiquité. 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Poupi (mercredi, 19 février 2014 12:46)

    La pièce parait simple , mais le travail de l'artiste est magnifique.
    Encore une pièce qui donne envie de peindre . bravo Jean François . Vite la suite des photos de T.F. Vespasianus .

  • #2

    Duck (dimanche, 25 octobre 2015 14:23)

    Hello Jean-François, une nouvelle fois cette figurine va illustrer mon futur projet; même si cette pièce est très simple pour cet immense chef de guerre et roi des Molosses, elle mérite que l'on s'y intéresse....