Patesi Gudea de Lagash

 

Gudéa (l'appelé), roi sumérien, est une nouvelle pièce de la série consacrée par Art Girona aux personnages célèbres de l'Antiquité.

 

Célèbre ? Gudéa l'est moins que Alexandre le Grand ou le roi David ... Sachez que Lagash était une cité-état, au Nord-Ouest du golfe persique, en Mésopatamie. Gudéa a dominé la seconde dynastie du royaume. Nous sommes environ 21 siècles avant JC. Mécène et bâtisseur de temples, il reste du règne de Gudéa de magnifiques statues le représentant, exposées au Louvre, et qui constituent le fleuron de la statuaire sumérienne.

 

Je n'ai pas retrouvé celle qui a inspiré cette pièce. Sur la stèle des vautours, ci-dessous, on retrouve un peu les mêmes vêtements que ceux portés par la figurine, mais ce bas-relief date de la dynastie précédente (2500 avant JC).

Si vous voulez en savoir plus, allez voir par exemple ici :  

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lagash

 

Sinon, revenons à la figurine !

 

 

Préparation de la pièce

 

La sculpture est de A Laruccia, donc de très grande qualité.

 

La fonderie est un peu en retrait, avec une ligne de moulage aussi facile à repérer que délicate à ôter. Attention aux fines gravures du casque qui pourraient souffrir de l'opération !

 

J'ai pris l'option d'assembler totalement la figurine (à l'exception du poignard) avant de commencer la peinture. Toutes les zones seront accessibles.

 

Le montage ne pose pas de grosse difficulté, jusqu'au moment où il s'agit d'ajuster la pièce de fourrure qui repose sur l'épaule du personnage. Là, ça se complique ! Les deux parties qui composent cette pièce s'ajustent très mal. La fonderie déformerait-elle la gravure initiale ?

 

Il faut gratter et plier en tous sens pour arriver à un positionnement acceptable. Une bonne dose de milliput et un peu de gravure finiront le travail !

 

Voici donc la figurine montée, apprêtée en gris mat Humbrol n° 28

 

 

 

Puis deux couches de peinture Humbrol pour se rapprocher des couleurs définitives (enfin, en principe !)

7 décembre 2009

 

Avant de sortir les tubes de peinture, je réalise une ébauche du décor. 

 

Je commence par percer dans le socle les deux trous qui recevront les tiges de fixation du personnage.

 

Puis un peu de milliput dans lequel j'imprime la marque des pieds de la figurine, j'ajoute quelques petites pierres soigneusement réparties, et ça suffira pour l'instant

 

 

Je commence la peinture par la fourrure. Pour quelle raison ? Parce que je pense que c'est avec elle que j'aurai le plus de soucis ... 

 

Le marron de la sous-couche a bien coulé au fond de la gravure ; ce sera plus facile pour poser les ombres, avec des jus de brun, que j'éclaire progressivement avec du blanc et une pointe d'ocre. Après plusieurs passages, voici le résultat. Pas encore tout à fait satisfaisant, mais la finition sera pour plus tard.

 

J'en profite pour repeindre la ceinture en violet ; le rouge ne me convenait pas trop sur ce fond blanc sale. Le violet me plaît mieux, mais sera-t-il définitif ??

 

 

Puis j'attaque les choses sérieures avec la peinture de la peau. Une peau un peu sombre et bronzée. Je part donc d'une base assez foncée que j'éclaire progressivement.

 

La surface est assez importante. A ce stade, je place les grandes zones d'ombre et de lumière. La finition viendra lors du deuxième passage après séchage (à l'air libre pour conserver un aspect un peu satiné)

 

Dans le même temps, je reprend la coiffe en bronze et je commence les cheveux et les bijoux, à la recherche d'une bonne harmonie de l'ensemble.

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. J'attends que ça sèche avant de poursuivre les opérations le wek-end prochain (espérons qu'il pleuve !)

 

14 décembre 2009

 

Suite des opérations ; il n'a pas trop plu, mais j'ai peint quand même ce week-end !

 

La fin de la carnation pour accentuer ombres et lumières.

 

Et puis les bijoux, la peinture de la hache, le montage du poignard dont la peinture a été ébauchée séparément. J'en profite pour améliorer la ceinture en travaillant les contrastes des broderies jusqu'au blanc pur.

 

Enfin, pour donner à la fourrure un aspect un peu fatigué, je repasse un jus de peinture composé de blanc, d'ocre et de brun, en variant les proportions selon les zones ombrées ou éclairées.

 

Bref un tas de petites bricoles de finition, toujours plaisantes lorsque le résultat final est en vue !

 

 

Et voilà, Gudea est prêt à rejoindre son décor. Un sol rocailleux et aride, juste habillé de deux petits épineux réalisés à partir de végétation naturelle pour modélisme. Le collage du personnage est réalisé à la colle Araldite, les deux longues tiges ajoutées dans les jambes garantissent une fixation solide.

 

Voici la pièce terminée sous plusieurs angles

 

 

Et pour conclure, un gros plan du visage. La carnation est volontairement un peu satinée, l'effet étant ici accentué par l'éclairage.

 

 

 

 

Après un montage un peu laborieux pour une pièce en apparence très simple, cette figurine s'est finalement révélée très agréable à peindre.

 

Elle n'a certes pas la luxuriance de certaines sculptures de Laruccia, mais a le mérite de l'originalité. Avouez que les rois sumériens ne sont pas légions dans le petit monde de la figurine !

 

Commentaires : 3
  • #3

    Dominikvales (vendredi, 13 juillet 2012 10:21)

    Nice one info, thx

  • #2

    Morybundus (jeudi, 12 juillet 2012 10:52)

    nice post

  • #1

    eric baret (dimanche, 20 décembre 2009 18:53)

    salut jf
    comme dab tu nous as sorti une superbe peinture bravo une fois de + et passes de bonnes fétes de fin d'année eric de nice (erikéjo)