Caius Sosius - Amiral romain

28 octobre 2009

 

La figurine représente un officier de marine romain, à la bataille d'Actium en 31 avant JC. Elle est inspirée d'un bas relief exposé au musée du Vatican.

 

Ne soyez pas rebutés par la photo de la boîte (ci-contre), qui déforme la figurine ... La sculpture est, comme d'habitude, impeccable (c'est du Laruccia) !

 

La pièce, toute simple, est livrée avec un petit décor évocateur d'une galère. Les motifs décoratifs du bouclier sont sculptés, ce qui peut en faciliter la peinture.

 

Au travail !

28 octobre 2009 : et oui, au travail !

 

Préparation des pièces comme d'habitude : perçage des trous pour les pitons de renfort, traque du plan de joint, ponçage, polissage à la laine d'acier 000.

 

Un jus de milliput pour retoucher les quelques petits défauts, à nouveau ponçage et polissage, et voilà, les pièces sont prêtes !

Je colle immédiatement :

  • le casque sur la tête, puis la tête sur la cape, avec un long piton qui pénétrera dans le buste
  • le buste sur le bassin

Pour la peinture, j'obtiens ainsi deux sous-ensembles principaux (plus le glaive, la lance et le bouclier). Je commencerai par ébaucher la peinture de ces deux parties avant de les assembler puis de les terminer.

 

Les images de ces deux morceaux :

 

 

Le petit décor maintenant. J'ai rebuté le sol fourni dans la boîte pour le refaire en carte plastique, celui afin de donner un angle aux planches du pont et à la balustrade à l'arrière.

 

Ce truc tout simple évite une vision frontale du décor et donne un effet de perspective à la pièce.

 

Les jointures des planches sont gravées à la pointe à tracer. La texture du plancher (peu visible sur cette photo) est faite à la brosse métallique.

 

 

 

 

Et pour finir cette première étape, un montage à blanc de la pièce histoire de vérifier que tout est clair avant de commencer la peinture

Entracte historique

Quelques mots sur la bataille d'Actium. Tout d'abord, une carte pour localiser l'action, sur la côte occidentale de la Grèce, pendant la guerre civile romaine qui opposa Octave, neveu et fils adoptif de Jules César, à la coalition formée par Marc Antoine et Cléopâtre VII, les deux amants les plus célèbres de l'Antiquité.

 

Le 2 septembre de l'an 31 av. J.-C., une grande bataille navale se déroule près d'Actium, sur la côte occidentale de la Grèce, dans le golfe ambracique, au sud de l'île de Corfou. 

La flotte d'Octave, commandée par Agrippa et forte de 350 navires, forme une ligne de bataille face aux 300 vaisseaux lourds de Marc Antoine et navires égyptiens plus mobiles de Cléopâtre VII.

 

La chaleur, la malaria et la soif poussent les coalisés à forcer le blocus d'Octave et engager le combat. Mais, piégés par des vents défavorables (les navires antiques ne savaient ni remonter au vent, ni louvoyer), ils ne parviennent pas à grouper leur attaque et un grand nombre de navires sont incendiés. 

Marc Antoine et Cléopâtre parviennent à s'enfuir mais se suicideront un an plus tard. Cette bataille marque la fin des troubles issus des guerres civiles qui ont secoué Rome depuis -50, et permet à Octave, le futur Auguste, de s'imposer comme maître absolu de l'empire naissant.

 

 

 

Comme indiqué plus haut, la figurine est inspirée d'un bas relief exposé au musée du Vatican. Le voic. Au centre, on distingue notre personnage, reconnaissable aux ornements de son bouclier.

 

La figure de proue du navire est un crocodile. Il s'agit donc probablement d'un élément de la flotte de Marc Antoine et Cléopâtre.

 

Et notre figurine pourrait-être Caius Sosius. Homme politique et militaire romain, Caius Sosius était consul de Syrie lorsqu'éclata la guerre civile entre Marc Antoine et Octave.

 

Il se range aux côtés de Marc Antoine et lors de la bataille d'Actium, il commande le flan gauche de la flotte de Marc Antoine (voir la carte ci-dessus).

 

Après la bataille il parvient à s'échapper. Retrouvé, il est pardonné par Octave devenu Auguste. Il revient alors à Rome et y construit le temple d'Appolon Sosianus, le consacrant au nom d'Octave. Voici une image de ce temple.

 

 

Voilà. Quelques recherches ont permis de trouver une identité à notre personnage, qui devient ainsi bien plus intéressant qu'un anonyme quidam. Tout le charme de la figurine historique !

 

Haut dignitaire, Caius Sosius portera la ceinture pourpre propre à son rang. Le reste de sa tenue sera aux couleurs communément admises pour les marins romains, du blanc et bleu.

 

Et justement, revenons à la peinture ! 

 

 

30 octobre 2009

 

Et revoici Caius, tout gris. Deux couches de peinture gris mat 28 Humbrol, bien diluée au WS. Juste ce qu'il faut pour révéler les derniers défauts de ponçage. Et surtout, bien diluée pour ne pas empâter la gravure !

 

 

Bien entendu, la pièce n'est que montée à blanc ... pour la photo !

 

 

1er novembre 2009

 

Petite avancée de ce dimanche de Toussaint : le casque et surtout la cape, dont il vaut mieux peindre l'intérieur avant montage définitif.

 

La sous-couche colorée est gris bleu (Humbrol bleu 89 + marron 98)

 

Et une première couche de peinture à l'huile, toute fraîche et donc bien brillante ... mais déjà en train de sécher dans le four !

 

Et voilà : après une petite demi-heure à 90°C, la peinture est mate. Prêt pour continuer !

La palette de la cape

La couleur de la cape tourne autour du bleu turquoise. Pour obtenir un aspect un peu « passé », j’ai incorporé à chaque étape un peu de couleur complémentaire, ce qui va casser le côté pétant du bleu. De gauche à droite sur la palette :

  • Pour l’ombre, du noir de vigne WN, du bleu indigo R et du brun Van Dyck, à peu près complémentaire des deux autres
  • A cette ombre, j’ajoute du turquoise de cobalt WN en deux temps, avec une pointe d’ocre jaune R. J’obtiens ainsi un vert sombre et la base bleue (au centre de la palette).
  • Puis j’ajoute du blanc de titane S, également en deux temps, avec une pointe de chrome foncé LB. Et j’obtiens deux niveaux de lumière.

Et y'a pu ka ! Pour les lumières les plus vives, j'ai fondu directement du blanc de titane pur sur la pièce

 

 

9 novembre 2009

 

En parallèle à la cape, la peinture du personnage proprement dit.

 

J'ai commencé par les parties métalliques (mélanges poudres - peinture habituel).

 

Puis les ptéruges (pour les profanes, il s'agit de la petite jupette et des épaulettes en lanières de cuir), en cuir gris avec des ornements bleus. Le gris est un mélange à base de gris de Payne et de blanc de titane, avec un peu de brun Van Dick. Les bleus sont obtenus à partir de bleu indigo et de blanc, avec une pointe de brun pour casser un peu la couleur

 

Et la ceinture en tissu pourpre, couleur propre au rang du personnage.

 

Le travail, pas encore terminé, en trois étapes photographiques

 

 

16 novembre 2009

 

Le travail se poursuit avec la peinture du décor. Rien de bien compliqué, il suffit de reproduire la couleur bois du pont.

 

Une base gris-beige, quelques jus sombres pour accentuer le relief de la gravure, un éclairage final du premier plan et le tour est joué.

 

En trois images pour reprendre depuis le début :

 

 

Et la peinture du bouclier, avec un petit travail de patine pour lui donner un peu de vécu (pas trop quand même !)

 

 

 

Montage de la cape et collage à l'araldite. Tout s'ajuste parfaitement, ouf ! Il faut juste prendre garde à ne pas mettre trop de colle, un débordement à ce stade serait vraiment em... gênant !

 

Je colle aussi le glaive, muni d'un petit piton et peint séparément.

 

 

 

Il reste à peindre la peau. J'ai gardé cette partie pour la fin, ce qui me permet de composer une couleur en harmonie avec l'ensemble de la pièce. 

 

J'ai incorporé un peu de bleu indigo et de vert émeuraude dans le mélange, ce qui donne une couleur un peu froide. Deux couches de peinture, avec séchage intermédiaire, sont nécessaires pour obtenir le bon niveau de contraste. Séchage à l'air libre pour garder un aspect un peu satiné. 

 

J'en profite pour fignoler quelques bricoles à droite et à gauche, et pour peindre un petit morceau de bande pourpre en bas de la tunique, autre signe distinctif d'un personnage ayant rang de sénateur

 

 

9 janvier 2010 : Caius a rejoint le pont de son navire depuis déjà quelques semaines, mais le photographe était très occupé ...

 

Avec un peu de retard, voici malgré tout la figurine terminée sous tous les angles

 

 

Et une grande image pour conclure cette page. En conclusion, une fort jolie figurine, très agréable à peindre et qui fournit l'occasion, assez rare, d'une harmonie de bleus. A recommander !

Commentaires : 12
  • #12

    mund.p (mercredi, 16 mars 2011 18:43)

    bonjour jf
    merci beaucoup,oui j avais du mal a apprehender si c etait du metal ou un genre de cuir brun,
    encore merci pour la reponse jf

  • #11

    jfp (lundi, 14 mars 2011 18:58)

    @mund.p : sans être totalement certain de la véracité historique (...), j'ai peint la partie centrale du fourreau en bleu, et les bordures sont métalliques. Tu peux le voir un peu plus haut sur la page, avant la pose du bouclier qui masque un peu le glaive

  • #10

    mund.p (lundi, 14 mars 2011 18:40)

    hello jf
    hihihi desolé c est encore moi lol
    j aurais une question de beotien, le fourreau du glaive est il en metal lui aussi?on voit bien les motifs dessus en doré mais j ai du mal a voir si le fourreau est lui aussi en metal..merciiii
    desolé du derangement!!!

  • #9

    mund.p (mercredi, 23 février 2011 19:26)

    Merci beaucoup jfp pour la reponse

  • #8

    jfp (lundi, 21 février 2011 18:39)

    @ mund.p : c'est effectivement du fil de cuivre : 3 fils très fins torsadés, par 3 fois, et les 3 torsades ainsi obtenues sont à nouveau torsadées ; le diamètre est de 2 à 3 mm

  • #7

    mund.p (lundi, 21 février 2011 18:13)

    bonjour jfp

    est ce vraiment une corde sur le sol? ou alors des fils de cuivre liés?et sinon quel diametre a cette corde?
    merci

  • #6

    velasco (mardi, 15 février 2011 22:32)

    quelle peinture une merveille

  • #5

    mund.p (vendredi, 28 janvier 2011 17:42)

    merci beaucoup jfp pour la reponse

    et encore bravo pour cette superbe piece

  • #4

    jfp (jeudi, 27 janvier 2011 21:30)

    @ mun.p : non pas de tenon cette fois-là. Le bouclier se cale tout seul dans l'avant bras ; donc juste un collage discret (par l'intérieur) sur le sol (avec de l'araldite quand même !)

  • #3

    mund.p (jeudi, 27 janvier 2011 18:48)

    hello jfp
    y a t il un tenon dans le bouclier sur le sol?
    car la tranche a l air tres fine

  • #2

    country-rose (samedi, 28 août 2010 09:25)

    il est splendide bravo j'aime beaucoup les couleurs utiliser

  • #1

    mund.p (mardi, 17 novembre 2009 19:19)

    merci jfp pour ce descriptif tres interressant,comme toujours!