Titus Flavius Vespasianus, légat de Rome

 

 

 

Quelques mots d'histoire pour situer l'action : nous sommes en 43 après JC. L'empereur Claudius lève une armée pour envahir la Bretagne (c'est à dire la Grande Bretagne actuelle). Sous les ordres du général Aulus Plautius, de puissantes légions se déploient : la II Augusta, la IX Hispana, la XIX Gemina et la XX Valeria Victrix.

 

La II Augusta est commandée par le légat Titus Flavius Vespasianus, qui deviendra l'empereur Vespasien une vingtaine d'années plus tard, en 69.

 

Après avoir pris part aux batailles de Medway et de la Tamise, il rejoint le Sud-Ouest de la Grande Bretagne, une région particulièrement hostile qui regroupe aujourd'hui le Dorset, le Somerset, le Devon, la Cornouaille, l'Hampshire et le Wilshire. Il s'agissait notamment pour lui d'assurer la sécurité des ports du Sud de l'île.

 

La figurine que nous propose ici Alexandros Models représente le légat Vespasianus pendant ces combats. Il est donc âgé de 34 ans.

La pièce est sculptée par Adriano Laruccia, sa deuxième référence pour Alexandros Models, après le centurion décrit ici.

 

Encore une fois une attitude originale et dynamique : le personnage brandit son bâton de commandement, le pied gauche posé sur un bouclier celte, symbolique de sa victoire sur les tribus bretonnes. Il est coiffé d'un superbe casque à visage, inspiré d'un casque de parade en bronze martelé, retrouvé en Bourgogne à Autun et exposé aujourd'hui au musée Rolin

Préparation et montage de la pièce

La fonderie est correcte et ne présente que quelques petites imperfections faciles à éliminer : lime aiguille, papier abarsif n° 400, laine d'acier 000, vous connaissez par coeur !

 

La découpe est classique : les jambes jusqu'à la ceinture, le buste, la cape, la tête et le fameux casque qui vient surmonter le tout.

 

Voici ce que ça donne après assemblage. Superbe non ?

 

 

Mais à ce stade, la pièce est juste montée "à blanc". Sinon des zones seraient inaccessibles au pinceau. Deux sous-ensembles sont donc constitués :

 

Voici tout d'abord la partie inférieure.

 

Trois pièces constituent cet ensemble : les jambes et le bassin, le buste et le bras droit.

 

Le tout est solidement pitonné pour garantir la solidité des assemblages.

 

Les jambes sont également munies de tiges qui viendront se loger dans le socle.

 

Et la partie supérieure : la cape (en deux parties), le bras gauche, la cape et les épaules, la tête et le casque (lui même en trois parties).

 

Une longue tige plantée dans le cou traverse les épaules et viendra se loger, plus tard, dans la partie inférieure. Elle servira également à manipuler ce sous-ensemble pendant les travaux de peinture.

Le buste vu de dessus :

  • le piton d'assemblage avec le bassin et les jambes est bien visible ;
  • quant au trou, il est destiné à recevoir la tige de fixation de la partie supérieure.

 

 

Enfin le décor. J'ai conservé celui d'origine, en raison de la présence du bouclier.

 

Le "Hic" : il est rond, alors que ma figurine est destiné à rejoindre un socle carré de 35 mm de côté, comme toutes ses camarades de la collection.

 

Un petit travail de découpage puis de masticage, et le tour est joué : le décor est en place sur le socle !

 

Tout est prêt pour la traditionnelle sous-couche Humbrol gris mat n° 85, en plusieurs passages bien dilués pour ne pas nuire aux détails de la gravure.

 

Les deux parties de la pièce sont assemblées à blanc pour vérifier leur bon ajustement. Tout va bien, il suffira d'une toute petite retouche de mastic sous la cape.

 

 

Et le temps s'accélère au point que je n'ai pas réussi à faire de photos du pas à pas de la peinture ... Ce sera pour autre fois !

 

Dans le principe, les deux sous-ensembles ont été ébauchés séparement, le dos du personnage et la partie intérieure de la cape étant traités dans des couleurs sombres.

 

Ensuite assemblage à l'araldite, le petit raccord de mastic, et l'essentiel du travail de peinture est donc réalisé sur la pièce toute montée, c'est bien plus agréable !

 

Les mélanges employés sont classiques et décrits par ailleurs sur le site.

 

Plus rare en ce qui me concerne, la cape et la ceinture en tissu ont été traitées ... à l'acrylique, sacrilège !! Avec juste trois couleurs de chez Prince August (je n'ai pas grand chose !) : du rouge, du jaune et du vert.  Technique de la palette humide. Que de couches pour parvenir à un résultat convenable, c'est bien plus rapide à l'huile !

Et voici quelques images de la pièce terminée sous tous les angles.

Et un gros plan de l'expression résolue du visage, et de ce magnifique casque.

Avec cette deuxième référence signée A Laruccia, Alexandros Models fait encore un gros coup. Attitude superbe, gravure de haute volée, fonderie sans reproche, bref, que des éloges !...

 

J'y ai pris beaucoup de plaisir et je recommande chaudement cette pièce aux amateurs de la période ... et aux autres !

 

Pour ma part, j'attends déjà avec impatience la prochaine de la série ; un officier de cavalerie serait un beau sujet.

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Duck (samedi, 22 février 2014 15:49)

    Hello Jean-François, magnifique présentation; je me suis laissé tenter et suivrai tes conseils avec application.
    Cordialement.

  • #2

    Denis Vanhingeland (dimanche, 23 février 2014 12:10)

    Très jolie peinture Jean François (enfin on y est habitué !)
    Cependant pense tu que l'on pourrait peindre la cuirasse en blanc ???

  • #3

    mund .p (dimanche, 27 avril 2014 15:01)

    superbe version, encore du jfp tout craché

  • #4

    Duck (lundi, 19 mai 2014 21:09)

    Bonsoir Jean-François, je suis en phase terminale avec mon centurion et me prépare à sauter dans tes pas, du moins dans ceux du légat.
    Je constate que tu ne remplis pas le creux du corps mais tu préfères placer une longue tige; un choix intéressant, mais le collage des deux parties est-t' il sécurisé?
    Au plaisir!