Gandalf en 28 mm

  

Le 28 mm n'est pas mon échelle de prédilection ... Et vous qui lisez ces lignes, si vous êtes amateur de fantastique, il est probable que vous utilisiez l’acrylique.

Cet article se veut consensuel puisqu’il fait cohabiter le 28 mm et la peinture à l’huile, ce qui n'est pas si courant !

Un ami passionné du "Seigneur des anneaux" m'a prêté l’une des nombreuses pièces de son stock ; le magicien Gandalf édité par Games Worshop

Petite transfo et le décor

La pièce est superbement sculptée : une grande finesse dans les détails, un visage particulièrement expressif... C'est tout petit mais je sens que je vais me régaler.

L’attitude du personnage est empruntée au film, lorsque que Gandalf défie le Balgor sur le pont de la Moria en lui lançant « Vous ne passerez pas ! », avant d’être précipité avec lui dans l’abîme. J’ai choisi de ne pas reproduire cette scène, déjà vue plusieurs fois, et d’opérer une petite transformation.

Il m’a suffit pour cela d’ôter l’épée tenue à l’origine dans la main droite, d’orienter différemment  celle-ci , la paume vers le haut, et enfin de reconstruire la poignée de l’épée pour la placer au sommet du fourreau. Très simple, cette modification change significativement l’attitude du personnage : Gandalf se retrouve en train d’arranguer une foule (je vais vous laisser le soin d’imaginer cette foule …)

La petite transfo
La petite transfo

Et pour le décor, un morceau de branche d’un vieux pommier, torturée à souhait, m’a permis de reconstituer une souche monstrueuse à l’échelle du personnage. Je l’ai placé sur une planchette creusée de manière à recevoir, plus tard, de l’eau.

Mise en place du décor
Mise en place du décor

Deux petits morceaux de trombone dans les jambes pour une fixation solide, un peu de mastic par-ci par-là, et c’est terminé. La mise en scène me semble assez réussie. Le 28 mm a l’avantage d’autoriser des décors imposants tout en restant dans des pièces de taille raisonnable. Il est vrai aussi que j’ai eu de la chance de trouver un joli morceau de bois qui constitue un décor à lui tout seul.

Première vue d'ensemble
Première vue d'ensemble

Place à la peinture

Dès que j’ai placé Gandalf au sommet de son promontoire, une idée s’est imposée : un éclairage lunaire. 

Dans l’idée que je m’en fais, l’éclairage de la lune est bleuté avec des reflets un peu rosés. Bien entendu l’ensemble doit rester très sombre. 

Pour l'ébauche, 3 ou 4 couches de Humbrol Mat 33 mat coupé de bleu foncé et de beaucoup de diluant pour bien pénétrer les creux. J’obtiens ainsi une souche très sombre, presque noire. Puis je brosse au blanc les reliefs orientés vers le haut. Je continue en appliquant des jus de peinture à l’huile (bleu indigo foncé R, noir de vigne WN, violet de Bayeux LB, diverses nuances de marrons), en suivant mon inspiration pour enrichir la variété chromatique du décor. Dans le même temps, des brossages au blanc, dans le frais, continuent d’éclairer les parties supérieures.

La partie basse du décor est également peinte en noir coupé de violet. Le fond du bassin en peint en vert sombre ; quelques coups de pinceaux de bleu pale suffisent à simuler des reflets. Un ou deux morceaux de mousse naturelle, quelques petits cailloux et il ne restera plus qu’à remplir le bassin de résine et à faire couler une petite cascade

Ebauche de la peinture du décor
Ebauche de la peinture du décor

 

Continuons avec le personnage.

Le manteau de Gandalf est taillé dans une lourde étoffe d’un bleu tirant sur le gris. Parfaitement en phase avec mon éclairage lunaire ! Les photos qui suivent illustrent les phases successives du processus de peinture. J'ai du opérer plusieurs réglages de la couleur bleue avant de parvenir à un résultat satisfaisant.

Les parties supérieures doivent être très éclairées, presque jusqu’au blanc. Alors que les parties inférieures sont très sombres.

Sur les 2 photos qui suivent, ça brille beaucoup, la peinture vient tout juste d’être posée. Le passage au four habituel rendra bientôt tout cela bien mat. C’est aussi beaucoup trop bleu, ce qui va devoir être corrigé.

Premièr essai à l'huile : c'est trop bleu !
Premièr essai à l'huile : c'est trop bleu !

 

La suite en images. Trois passages, avec séchage intermédiaire, me seront nécessaires  ... L'enchaînement des photos montre bien l'apparition progressive des contrastes

Première passe
Première passe
Deuxième passe
Deuxième passe
La même chose, mais c'est sec ... et mat !
La même chose, mais c'est sec ... et mat !
Et la dernière passe, ouf !
Et la dernière passe, ouf !

Tous les mélanges utilisés, y compris pour les cuirs , le bâton magique ainsi que le visage,  comportent une part de bleu et de violet. Ceci favorise l’harmonie de l’ensemble et renforce l’effet d’éclairage lunaire, qui atténue les différences entre les couleurs.

En exagérant, la pièce en deviendrait presque monochrome. 

 

 

Le visage est peint en même temps. Les photos montrent l'évolution de la peau, d'une couleur naturelle de plein jour, à des tons très violets et contrastés

Evolution de la couleur du visage
Evolution de la couleur du visage

 

 

 

Retour sur le décor

Le personnage terminé, je reprends le décor pour une dernière mise en harmonie. 

J’atténue l’étude de la palette des couleurs.J’assombris la souche en repassant des jus de noir mélangé à du bleu et une pointe de violet, et j’accroche de la lumières aux aspérités avec du blanc presque pur. 

Enfin, je fait couler la cascade (ici, un article l'eau) et je place le titre, d’inspiration elfique.

Le décor terminé
Le décor terminé

Et c'est fini ...

Il ne reste plus qu'à coller Gandalf au sommet de son promontoire et voilà !

Ne fuyez pas ! A vos pinceaux !
Ne fuyez pas ! A vos pinceaux !

Conclusion

Au départ, je craignais que, compte-tenu de sa texture, l’huile serait délicate à utiliser sur une aussi petite pièce.

 

Et bien pas vraiment ! Il suffit de bien tirer la peinture pour ne pas empâter.

 

Mais l'échelle oblige à accentuer énormément les contrastes pour mettre les reliefs en valeur...

 

Une expérience très intéressante en tout cas, que je recommencerai à l'occasion

 

Si vous voulez commenter, je vous laisse la parole !

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Jodaan (mardi, 18 août 2009 11:56)

    Simple correction: il s'agit du Balrog. Autrement... je reste bouche bée devant chacune de tes œuvres. Moi qui ne suis qu'un pauvre peinturlureur à l'acrylique je suis soufflé par ce qui se dégage de ce que tu fais.

    Un grand bravo et merci pour nous faire partager tout ça.

  • #2

    kazuo (dimanche, 15 juin 2014 17:06)

    Hé ben dis-donc, respect !