Peindre un visage

 

 

 

C'est vers le visage que se porte en premier le regard du spectateur. 

 

S'il est raté, la pièce est ratée. S'il est réussi, il pourra (peut-être !) faire oublier des imperfections sur le reste de la pièce.

 

C'est donc une partie essentielle de la plupart des figurines.

 

 

 

Tout d'abord, composer la palette

Après avoir déposé les noisettes de couleurs nécessaires sur la palette, je procède comme suit (la chronologie correspond aux numéros sur la photo) :

  1. je commence par composer une ombre avec TOB + TSB
  2. j’assombris 1 en rajoutant de la TOB, du brun Van Dyck et une pointe de violet de Bayeux
  3. j’assombris 2 en ajoutant une pointe de bleu indigo ; ce sera l’ombre la plus profonde
  4. en repartant de la couleur 1, j’éclaire en ajoutant de l’ocre d’or, du blanc de titane et une pointe de TSB pour rester rosé
  5. j’éclaire 4 en ajoutant du blanc et une pointe de jaune de chrome foncé
  6. j’éclaire 5 en ajoutant du blanc
  7. je mélange une pointe de 6 à du blanc de titane ; ce sera la lumière la plus forte

J’ai donc 7 niveaux de lumière différents, prêts à l’emploi sur la palette. Les traces de bleu et de noir visibles sur la photo sont les couleurs des iris et des pupilles ; les traces de rouge violet celle des lèvres.

 

La sous-couche colorée

La sous-couche est une simple base Humbrol couleur chair mat .

 

Je passe deux couches diluées au WS pour avoir une couleur bien homogène sans empater les détails

 

Non visible sur la photo ci-contre, je repasse les yeux à la Humbrol gris mat 28, pour une première ébauche du blanc des yeux

 

 

 

 

Et la peinture

En règle générale je commence par positionner les pupilles. Ici le personnage regarde droit devant lui, mais il peut être plus facile d'orienter le regard vers le côté pour éviter un problème de strabisme (pour ne pas qu'il louche quoi !).

Puis je trace la paupière supérieure d’un trait de terre d’ombre brûlée pure.

C'est parti pour la peau. Un premier passage à l'huile va ébaucher les volumes du visage (attention : une ébauche précise quand même !).

Très important : employer très peu de peinture (c'est impossible à tirer sur une aussi petite surface sans tout embrouiller)

Je pose les ombres dans les creux du visage : le dessous des arcades sourcilières , les plis des joues, le dessous du nez et du menton, l’intérieur des oreilles … J'utilise les 3 niveaux d'ombres (couleurs 1, 2 et 3 de la palette) en les fondant entre elles (le fondu sur un visage nécessite évidemment un pinceau usagé de petite taille (un 2/0 à poils courts convient bien).

Je pose la base (couleur 4) sur les surfaces restantes sauf les parties les plus éclairées (nez, pommettes, arcades sourcilières) et je fonds à nouveau.

Je termine par les lumières (couleurs 5, 6 et 7), toujours en fondant soigneusement.

Et je laisse sécher

Après séchage, j’accentue les ombres et les lumières et je travaille les détails. Ici par exemple, je peinds d'abord l'intérieur de la bouche, puis les dents ; l'ordre inverse serait délicat !

Je laisse à nouveau sécher et je termine par de légers glacis pour ajouter des nuances, en particulier dans les ombres.

Et c'est fini

 

 

 

Et un pas à pas détaillé

Voici un autre exemple illustré de manière détaillée.

 

La qualité des photos laisse à désirer, il y  a beaucoup de brillances (normal, tout est fait en direct, dans le frais).

 

L’essentiel n’est pas là, mais de décrire le processus étape par étape.

Le héros n'est pas moins que l'emperur romain Hadrianus. Encore une pièce de Laruccia ... et encore un superbe visage, plein de potentiel, à traiter avec tous les égards qu'il mérite ! 

 

Tout d'abord la palette, composée comme indiqué plus haut.

Les numéros des mélanges sont repris dans le texte qui suit.

Les pinceaux : je vais utiliser 3 pinceaux Raphaël série 8400 :

  • 2 pinceaux 2/0, un presque neuf et un plus usagé, le premier sert à poser la peinture, le second à fondre les couleurs

 

  • 1 pinceau 3/0, en excellent état, pour les plus petits détails (je le réserve spécialement à cet usage)

Et la figurine, soigneusement préparée ; le visage et les cheveux ont été ébauchés à la peinture Humbrol (respectivement noir mat et chair mat).

 

Les yeux sont dans la couleur d’apprêt (gris mat 28)

 

La sous-couche est bien sèche ; tout est prêt. Je peux donc commencer une première phase de peinture à l’huile pour « dégrossir » le visage.

Je marque la paupière supérieure d’un trait de l’ombre 2.

 

Ce qui est important ici, c’est de bien former le contour de l’œil.

 

On peut donc déborder sur l’extérieur qui sera repris plus tard

Puis je place les iris, avec l’ombre 1 (donc en marron très foncé). Avec mon pinceau 3/0 neuf, je forme précautionneusement deux petits ronds réguliers et égaux. Notez que les iris sont en partie recouverts par les paupières (surtout la paupière supérieure).

 

Ici le personnage doit regarder droit devant lui ; attention au strabisme donc !

Si le résultat n’est pas correct, il suffit de nettoyer avec un peu de WS et de recommencer

Je place ensuite de l’ombre 2 sur tout le pourtour du visage ainsi que dans les zones peu éclairées : sous les plis en bas des joues (rides du lion), les arcades sourcilières, le nez et la lèvre inférieure …

 

Bien entendu, je pose très peu de peinture

 

Le visage de la figurine prend un aspect curieux et inquiétant ; pas de panique, c’est normal et ça va s’arranger !

Puis je pose de l’ombre 3 au bord de l’ombre 2 en bas des joues, sur les tempes, en haut du front …

 

Et je fonds la limite des deux couleurs avec mon pinceau usé

Je complète les surfaces non peintes (les joues, le front, le nez) avec de la base 4 et je fonds à nouveau

 

A ce stade, le visage est presque totalement recouvert de peinture (sauf l’arête du nez). Il est très sombre.

 

Je vais maintenant éclairer tout ça.

Avec la lumière 5, je pose les premières éclaircies aux endroits stratégiques :

(les pommettes, le nez, le bas du front au dessus des arcades sourcilières …)

… et je fonds les couleurs aux limites.

Je recommence avec la lumière 6 pour augmenter le contraste

 

Lorsque le fondu amène la lumière trop loin, je pose de l’ombre que je fonds à nouveau et ainsi de suite

 

A la pointe du pinceau, on peut ainsi déplacer à volonté les zones d’ombres et de lumières ; l’avantage de l’huile !  

 

J’ébauche sans attendre la barbe et la chevelure.

 

J’utilise l’ombre 1 que je dilue un peu au WS sur la palette, afin qu’elle coule bien dans les creux.

 

Attention de ne pas déborder sur la peau !

J’éclaire la pilosité avec la lumière 6, ce qui forme un gris.

Je travaille mèche par mèche.

 

Je pose également quelques nuances sur les joues (en fondant une minuscule pointe d’écarlate de cadmium) et les lèvres (en mélangeant un peu de ma base avec une pointe de rouge de cadmium foncé)

 

J’accentue certains éclairages au blanc pur. Je reprends quelques ombres, les rides sur le front, sous les paupières, je tente d’améliorer un peu les yeux …

 

Et : STOP !

 

Toute la surface du vissage est saturée de peinture fraîche. Plus moyen d’éclairer ou d’ombrer quoi que ce soit !

 

C’est loin d’être parfait (même si en vrai c’est mieux qu’en photo en raison des brillances). Mais il est inutile d’insister.

 

Je m’arrête et je vais laisser sécher pendant au moins 24 heures : pour la peau, je n’utilise en principe pas le four, afin de préserver les contrastes et conserver un aspect satiné.

 

Voilà donc pour cette première phase qui m’a pris environ 3 heures. Les photos m’ont un peu ralenti, mais 2 heures ne sont pas de trop pour cette ébauche.

 

Vous devez patienter un peu pour la suite ! 

Revoici la visage après un bon séchage à l'air libre. Un petit examen avant de reprendre les opérations.

 

C'est l'une de vos premières figurines à l'huile et vous arrivez à un résultat comparable. Bravo, ce n'était pas si facile ! Vous pourriez être tenté de vous arrêter là. Soyons objectifs, que voit-on : les contrastes se sont affadis avec le séchage, les yeux sont sans vie, les détails peuvent être améliorés.

 

Alors, au travail !

Je commence par accentuer les constrastes en reprenant les zones d'ombre et de lumière comme précédemment :

  • j'assombris le bas des joues, les rides du lion ...
  • j'éclaire les pommettes, la pointe et les ailes du nez ...

 

Je reprends les yeux avec un noir bleu très sombre pour donner plus d'intensité au regard, et je retouche le blanc pour former les iris le mieux possible

Je reprends les lèvres : un rouge-violet sombre pour la lèvre supérieure, un rose assez pale pour la laèvre inférieure, avec une pointe de blanc pour donner un reflet de lumière

 

Je place aussi un reflet bleu dans l'oeil, en bas des iris. Là c'est pas facile et ça ne marche pas forcément du premier coup.

 

Je passe un jus de marron tès sombre dans la barbe et les cheveux.

 

 

Le jus sombre étant encore frais, je place des lumières sur la barbe et les cheveux avec un gris clair. Je travaille mèche par mèche, avec mon vieux 2/0, dont la pointe usée donne un côté un peu irrégulier à ces petites touches de peinture.

 

Et je continue à travailler les ombres et les lumières sur l'ensemble du visage pour lui donner de la vie. En jouant avec les ombres et les lumières, je remonte les pommettes pour donner une expression un peu altière au personnage  

Je m'arrête là pour l'instant. C'est à peu près terminé. Lorsque ce sera sec, quelques jus viendront peut être apporter des nuances supplémentaires. On verra ...

 

Cette deuxième phase m'a pris environ 2 heures.

 

A ce stade, c'est vraiment plaisant de travailler par petites touches et de voir le visage s'améliorer peu à peu. 

 

Voilà, j'espère que ce pas-à-pas sera utile à tous ceux que la peinture d'un visage effraie. Si vous n'arrivez pas à ce résultat du premier coup, rassurez-vous, vous n'êtes pas le premier ! Avec un peu de persévérence, ça viendra, j'en suis certain.

 

Bonne peinture !