Assibus hic bibitur ...

Assibus hic bibitur ; dipundium si dederis, meliora bibes !

Ici on boit pour un as. Si tu en donnes deux, tu bois du meilleur !

 

Cette petite saynette est composée à partir de deux anciennes figurines réalisées par Adriano Laruccia :

  • Le légionnaire vient de chez SOLDIERS ref. SR-21 ; en fait il s'agit à l'origine d'un aquilifer, mais j'ai remplacé l'enseigne qui n'avait pas trop sa place ici ;
  • La femme quant à elle est la marchande de la boîte "Ex voto" de chez EMI (ref GLC-06) ;

Environ 5 siècles séparent les deux figurines : la femme est en principe une étrusque (environ 400 ans avant JC) alors que l'équipement du légionnaire est typique du 1er siècle après JC ... Heureusement, les tenues féminines ont peu évolué pendant toute cette période. La rencontre reste donc crédible, ouf !

 

 

Les marques SOLDIERS ET EMI ont disparu. Mais ces figurines sont toujours disponibles chez Masterclass, aux liens ci-dessous

 

https://www.masterclass.it/shop/catalog/linea/linea-soldiers/roman-aquilifer-1-detail

 

https://www.masterclass.it/shop/catalog/linea/linea-dejavu/mercato-etrusco-detail

 

Les accessoires proviennent de ma boîte à rabiot. Le décor est monté sur un socle en olivier de dimensions 50x50 mm, juste assez grand pour recevoir l'ensemble tout en resserrant suffisamment les personnages pour les placer en interaction .

 

 

Et voici la saynette tout juste sous-couchée à la peinture Humbrol gris mat n° 28.

 

Avec quelques couleurs rapidement posées à la peinture Humbrol bien diluée.

Le légionnaire

Bien entendu, il rentre de voyage avec son paquetage à l'époque. Fatigué, poussiéreux, il aspire à boire un coup !

 

Le voici en cours de peinture, encore un peu brillant. Le gros tissu de la cape est éliminé et l'ensemble est assez sombre et terne. Seules les franges rouges apportent une touche de couleur.

La matronne

J'ai profité de cette présence féminine au premier plan pour tenter des couleurs un peu originales ... Deux complémentaires sur la roue des couleurs : rouge-violet et jaune-vert. Les mélanges seront bien désaturés pour obtenir un résultat coloré sans être criard. 

 

Le rose est composé à partir des couleurs suivantes :

  • Terre d'ombre brûlée R + violet de Bayeux LB pour les ombres les plus profondes ;
  • Puis ajouts successifs de blanc de titane pour la base et les lumières ;
  • Une pointe d'ocre R permet de "casser" la couleur rosée.

 

Pour le vert, j'ai quelque peu tâtonné avant de trouver cette recette :

  • Composer une base sombre de couleur verdâtre à partir de cobalt turquoise WN + terre d'ombre brûlée R + une pointe de vert anglais n° 2 LB ;
  • Ajouter du violet de Bayeux LB à cette base pour obtenir la couleur des ombres les plus profondes ;
  • Premier éclairage en ajoutant à la base du vert anglais et une pointe d'ocre d'or R ;
  • Second éclairage en ajoutant du jaune de cadmium foncé ;
  • Troisième et quatrième éclairages en ajoutant du jaune d'aurore et du blanc de titane à 2 reprises.

 

Et voici notre matronne, elle aussi encore luisante à ce stade (j'ai terminé par la carnation). Le sourire mérite d'ailleurs un petit soin dentaire !

Et voici l'ensemble terminé. La grosse cruche a été posée au sol et remplacée par une plus petite sur la table.

 

Et la tractation est en cours ...  Yehed mad diraient les bretons !