Zorabeth, morning mist

 

 

 

Morning mist (brume du matin). C'est ainsi qu'Andréa a baptisé cette nouvelle pièce de la Saga Warlord.

 

Un nom de circonstance, puisque j'ai trouvé cette figurine le lendemain du réveillon de Noël, au pied du sapin, par un matin forcément ... un peu brumeux !

 

 

La pièce n'est pas sans rappeler Varathar, paru il y a deux ans dans la même série. Cette fois-ci, c'est une elfe, charmante bien qu'armée d'une lourde épée, montée sur un impressionnant cheval cabré. En fait il s'agit d'une jument ; un étalon aurait pu être plus approprié (on pourra d'ailleurs y remédier sans trop de difficulté !)

 

Les illustrations de la boîte sont suffisamment alléchantes pour donner envie de se mettre tout de suite au travail.

 

 

 

 

Toutes les pièces sont en plomb. Je dois dire que la fonderie n'est pas exceptionnelle. L'ensemble va nécessiter une importante phase de préparation. Sans être allergique à ces travaux préalables, je suis quand même un peu déçu par la qualité du produit, surtout au regard de son prix de vente (85 € quand même ...).

 

J'ai ainsi passé plus de quatre heures sur le cheval, armé des divers ustensiles nécessaires (bistouris, limes, papier abrasif n° 400, laine d'acier 000). Après cette interminable séance de polissage, je peux enfin passer à l'assemblage. 

 

 

Le cheval est constitué de 2 demi-corps, dont l'un comporte la tête, et d'un élément de crinière.

 

Les pièces sont collées à la colle de type Araldite et maintenues par des élastiques pendant le séchage.

 

On distingue sur la photo les deux tenons qui garnissent les sabots arrière.

 

Un bon point pour la solidité de la pièce : l'une des jambes arrière est munie d'une tige métallique qui remonte jusque dans la cuisse (un défaut de fonderie m'a permis de la distinguer !).

 

 

 

Lorsque la colle est bien sèche, les indispensables retouches au Milliput tout au long des plans de joints : la croupe, le ventre, l'encolure.

 

Je passe également un jus de Milliput sur les zones où la fonderie est restée granuleuse malgré le polissage.

 

Puis à nouveau ponçage et polissage. Attention de ne pas (trop) amocher la texture de la peau de l'animal, superbement rendue avec plein de petits plis et de veines .... 

 

  

Je tente alors de fixer le cheval sur la pièce de plomb qui doit lui servir de base.

 

Mauvaise surprise, les emplacements prévus pour les tenons ne correspondent absolument pas. Pourtant je pense avoir assemblé correctement le cheval, et il n'est pas question de lui tordre les jambes.

 

 

Je vais donc repercer la base à l'endroit voulu et reboucher le trou initial au milliput. Je comble également l'escape vide sous la base pour réaliser une sorte de sandwich Milliput - Plomb - Milliput et obtenir une solidité maximale.

 

Ce n'est pas grand chose à faire, mais le défaut est quand même un peu gros !

 

Au centre de la base, je perce un trou de 5 mm, destiné à recevoir plus tard la vis qui fixera le tout sur le socle de la pièce

 

 

 

 

 

Passage à la cavalière. Là-aussi, il y a un peu de travail !

 

Tout d'abord, les photos de la boîte nous montre cette elfe affublée de deux "ailes" dorées. On peut aimer ... ou pas !

 

Pour s'en abstenir, il sera nécessaire de reprendre un peu la sculpture du dos, en limant les deux gros bossages de l'armure, puis en rebouchant les trous destinés à recevoir les tenons des ailes. Rien de bien compliqué.

 

Les plis de la cape devront également être remodelés pour les rendre crédibles en l'absence des ailes.

 

Enfin, pour assurer la solidité du montage de la cape, il est préférable de poser deux pitons qui viendront se loger dans des trous percés dans le dos du personnage

 

 

 

Ci-contre, le dos après rebouchage des trous au Milliput.

 

En mettre un peu plus au départ en faisant bien déborder. Lisser au pinceau humide.

 

Lorsque le Milliput est bien dur, reprendre l'ensemble par ponçage au papier abrasif 000. (le séchage du Milliput peut être accéléré par un passage au four à 90 °C pendant 1/2 heure environ)

Encore un peu de travail sur la cape.

 

En effet, le sculpteur y a gravé tout un réseau de petits motifs destinés à aider au tracé lors de la mise en couleurs (détail sur la photo ci-contre).

 

J'ai préféré supprimer cette gravure, à la fois en ponçant et/ou en rebouchant au jus de milliput, technique décidément bien utile ici ! J'aurai ainsi la main plus libre pour la décoration de la pièce

 

 

Le visage de l'elfe est fort joli.

 

Quelques mèches supplémentaires (à base de petits boudins de Milliput) pourront cependant masquer un cou un peu moins gracieux.

 

 

Enfin, toutes les pièces sont soigneusement pitonnées (morceau de trombonne de 1 mm de diamètre) pour renforcer les montages)

 

 

Tout est prêt pour finaliser le montage et passer les premières couches de peinture de base ...

 

A suivre ! 

 

 

 

5 janvier 2010 : la suite, avec la pièce sous-couchée (gris matt Humbrol 28 ) et assemblée à blanc (et au Patafix) rien que pour la photo.

 

Les différents collages nécessitent un peu de précision pour que tout s'ajuste correctement.

 

Bien entendu la cavalière n'est pas fixée sur le cheval, et sa cape est amovible pour faciliter les opérations de peinture. De même, les rênes ne sont pas fixées.

Au final, le cabré du cheval sera plus accentué que sur ces photos.

 

L'ensemble est assez impressionnant, avec une belle envolée. La récompense de cette longue phase de préparation et d'assemblage !

 

 

 

Reste maintenant à définir un schéma de couleurs harmonieux et à le mettre en application ! A suivre ...

19 janvier 2011

 

J'ai donc supprimé les ailes de la cavalière ; et on m'a soufflé l'idée d'ajouter une corne ... au cheval !

 

Une corne ??? Eh oui, pour en faire une licorne ! Bonne idée. D'autant plus que seule une vierge était capable de dompter une licorne ... Tout à fait approprié avec cette jolie cavalière. Merci Pandera !

 

Il faudra aussi fendre les sabots de l'animal et lui ajouter une barbichette, la licorne étant à mis chemin entre la chèvre et le cheval. Et elle devra être blanche.

 

Voici une première idée de ce que ça pourrait donner. Sympathique, non ! (et pour ceux qui diraient que le cheval est trop gros, qu'ils sachent que c'est une grosse licorne, voire une licorne de guerre !)

Et c'est parti pour la peinture ; bientôt la suite !

9 mars 2011

 

Déjà près de 2 mois que court cette petite licorne !

 

Pendant ce temps, j'ai trouvé cette image sur Internet. Une belle harmonie de bleus, dont je vais m'inspirer ...

 

L'idée serait donc de faire émerger la licorne dans une lumière un peu lunaire.

L'ami l'Ebenuisier, enthousiaste devant le projet, a conçu et fabriqué un de ces socles dont il a le secret. Ce socle, qui apportera beaucoup à la pièce, mérite d'être décrit :

  • L'avant est clair et l'arrière bleu sombre.
  • La partie frontale, assez haute, suggère une falaise. Elle est plus large que l'arrière, pour donner un effet de profondeur.
  • Enfin, la surface supérieure est légèrement en pente vers l'arrière pour accentuer cet effet.

 

Un bien beau socle, bravo Jean-Jacques !

 

J'ai donc encastré la base en plomb de la pièce dans le logement creusé à cet effet dans le bois. Cette base est maintenue en place par une vis à bois et collée à l'araldite.

 

Deux trous sont percés dans le socle sur une profondeur de 6 cm pour recevoir les tiges de fixation de la licorne. Le petit piton initial visible sur la première photo a été prolongé par un tube métallique. Et le second sabot arrière a été percé pour recevoir lui aussi une tige. Il vaut mieux faire solide car l'animal pèse son poids !

 

Le terrain a été ensuite façonné au Milliput, puis recouvert de graviers, avec quelques pierres, le tout collé à la colle à bois diluée dans un peu d'eau.

 

Après séchage, l'ensemble a été peint dans des couleurs sombres avec des accroches de lumière sur l'avant.

 

A noter que pendant tout ce travail, le précieux socle est soigneusement protégé par du film alimentaire et de l'adhésif de masquage

 

 

Et tout de suite une photo de la pièce terminée, pour donner quelques commentaires sur la composition de l'ensemble, pour obtenir l'effet recherché (ou tout au moins tenter d'y parvenir).

 

Le poitrail de la licorne est bien éclairé alors que son train arrière est plus sombre. Ce "dégradé" est repris sur l'ensemble de la pièce.

La peau de la cavalière elfe est claire. Elle contraste assez fortement avec l'armure métallique en vieil or. Quelques pierres bleues peintes en trompe l'oeil garnissent cette armure, les rênes, ainsi que le diadème de la cavalière et celui de sa monture.

Les pièces de cuir sont toutes traitées dans une gamme de violets, ce qui contribue à unir l'ensemble.

Les vêtements sont volontairement sobres, la cape devant rester sombre. Sa bordure blanche accentue la dynamique du mouvement, rappelle la couleur de la licorne et ferme la composition. Un petit motif garnit les coins.

Le terrain est lui aussi très simple (inutile de trop charger sur ce type de pièce!). Quelques pierres sont placées à l'avant afin de pouvoir y accrocher des touches de lumière en cohérence avec l'éclairage.

 

 

Revenons en images à la progression du travail.

 

La licorne tout d'abord est peinte dans des nuances de gris, incorporant du gris de Payne, du bleu indigo, un peu de TOB et de violet, pour aller jusqu'au blanc pur sur l'avant; 

 

Un nombre important de glacis localisés a été nécessaire pour mettre correctement en relief la musculature de l'animal. 

 

Pour manipuler la pièce pendant la peinture, celle-ci est montée à blanc sur sa base en plomb, elle même fixée sur un morceau de tasseau par une vis à bois. Les tiges métalliques pénètrent dans le tasseau, ce qui est suffisant pour les coincer. Mieux vaut cependant éviter de retourner la pièce.

 

Sur les photos suivantes, la robe de la licorne est pratiquement achevée. Les cuirs ont reçu une première couche de violet, passé sur une sous-couche de TOB, qui a pour effet de "dessaturer" le violet par transparence

 

 

La cavalière ensuite. Elle porte une armure de couleur vieil or, confectionné selon mon habitude à partir de poudre métallique dorée, de liquin et de couleurs à l'huile : TOB, bleu indigo et violet.

 

La peau est ici juste sous-couchée à la peinture Humbol, dans une couleur blanche à peine rosée, ce qui permettra d'obtenir à l'huile, par transparence, une peau un peu diaphane, qui conviendra bien à la délicatesse du personnage.

 

Enfin, la jupe est faite de bleu indigo aditionné de blanc de titane. L'arrière est sombre puisqu'il sera en grande partie masqué par la cape. La partie avant de cette jupe se retrouve d'ailleurs sur la licorne (voir les photos précédentes)

 

Tout d'abord les bases de couleur à la peinture Humbrol

Puis l'armure. Attention de ne pas trop déborder sur la peau : même si ce n'est que la couleur de base, c'est le b... à reprendre !

Lorsque les parties métalliques sont sèches, la peau.

 

Mélange basique à partit de TOB, TSB et blanc de titane, avec toutefois une petite pointe de bleu

Suite de la peau avec des lumières et des ombres modérées.

 

Et la peinture du visage. Un régal tant la scultpure est délicate !

Ici aussi, ombres modérées ; il ne s'agit pas d'un vieux soldat buriné par les années, mais d'une fraîche jeune fille !

Le travail se poursuit en affinant les détails

 

Et la jupe reçoit sa couleur bleu outremer

 

 

La cape est peinte séparément, dans un bleu sombre comportant du noir de vigne (noir bleuté de chez WN, du bleu indigo, du bleu outremer, avec une pointe de violet dans les ombres et du blanc de titane pour les lumières.

 

Pas facile à repérer d'ailleurs les zones d'ombre et de lumière lorsque la cape n'est pas en place, avec tous ces plis !

 

Une pince à clamper, fixée sur un des tenons de fixation de la cape, permet cependant de la manipuler aisément.

Ce bleu, qui a tendance à rester brillant, sera séché au four.

 

Enfin, une bande gris-blanc sera peinte sur tout le pourtour de la cape pour accentuer l'effet de mouvement donné par les plis. Et un petit motif elfique sera placé dans les coins, juste pour déroger à la sobriété générale de la peinture !

 

 

 

Les rènes sont également peintes séparement. La sculpture est peut-être un peu "kitch" au goût de certains (c'est vrai qu'elles sont assez tarabiscotées !) ...

 

Je reste donc dans des nuances de violet et de bleu. Je simulerai des pierres colorées en trompe l'oeil (c'est assez facile et l'effet est toujours spectaculaire)

 

L'outil de manipulation est facilement reconnaissable ! L'épingle à linge n'assure pas une très bonne prise, mais la pince à clamper aurait écrasé le plomb ... 

 

 

Et voilà, tout est peint, tout est prêt. Il ne reste qu'à coller, dans cet ordre :

  • la cape sur le personnage (heureusement que j'ai mis des tenons, sinon, impossible à maintenir pendant le séchage)
  • la licorne sur le socle (là, aucune difficulté)
  • le personnage sur la licorne (un peu délicat aussi, le cabré du cheval nécessite de bien caler la cavalière pour l'empêcher de basculer vers l'arrière
  • les rènes
  • et ... la corne, puisque c'est une licorne !

Voilà Wink. Une pièce qui m'aura demandé pas mal de boulot pour la préparation et un peu de réflexion pour la composition. Mais au bout du compte, beaucoup de bonheur ! 

 

Pour terminer cette page, un plan plus serré pour vous montrer le visage de la cavalière et les yeux bleus de sa licorne.

 

Pourquoi bleus ? Et ben ... pourquoi pas !

 

 

Et avec un peu de brume ...

Brume du matin JFP
Fond d'écran téléchargeable
traf2ter.jpg
Image JPG 1.1 MB

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 7
  • #1

    Naoned (mercredi, 05 janvier 2011 22:54)

    encore une future tuerie cette pièce! vivement la mise en couleurs! Bien vu pour la suppression des ailes.

  • #2

    Laure olivier (vendredi, 07 janvier 2011 15:49)

    Belle pièce en perspective mais il est vrai que chez Andréa les photos des boites sont jolies mais bien souvent la fonderie est limite !! trop de productions?

  • #3

    mund.p (samedi, 08 janvier 2011 18:03)

    ahhhh quel beau choix , quelle prestance cette fig
    joli boulot de montage
    vivement la suite miam

  • #4

    mund.p (mercredi, 19 janvier 2011 23:07)

    bien vu l idee de la licorne

  • #5

    monsiterpkv (jeudi, 27 janvier 2011 21:06)

    Cela risque d'être encore un beau résultat vite vite la suite
    par contre ce n'est pas trop lourd à manipuler et est ce que cela va être peint en 2 étapes (cheval puis zorabeth)ou bien tout monté ?

  • #6

    mund.p (vendredi, 11 mars 2011 19:37)

    mais quel article superbe!!
    vraiment formidable, elle semble vivante cette elfe;merci jf pour tous ces details d explications.la peinture est vraiment incroyable
    felicitations elle est magnifique!!

  • #7

    lamouline69 (mardi, 05 avril 2011 20:59)

    vu ce week end a montrouge et l'idee comme la realisation sont superbement realisées...bravo