Aquilifer romain

Après le centurion et le légat, voici l'aquilifer. Il s'agit ni plus ni moins que du frère du centurion, issu comme lui de la famille des Sertorius. Toujours une sculpture de Adriano Laruccia pour la marque Alexandro Modèles.

 

La photo ci-contre est celle du box-art, réalisé par Alexandre Cortina.

 

Superbe pièce encore une fois, avec une attitude bien particulière. Le cimier ploie sous le vent qui fait s'envoler la cape, et notre homme tient fermement son enseigne à deux mains. Un fer garnit l'extrémité inférieure de la hampe, et le personnage a le pied posé dessus.

 

Un détail anodin au premier abord, mais qui ne va pas simplifier l'assemblage de la pièce ...

Après quelques tatonnements, je me suis résolu à monter la pièce en totalité avant de véritablement commencer la peinture. C'est encore le plus simple ... Et encore, l'ajustement de la cape sur les épaules et les bras est assez  délicate, avec cette enseigne dont la hampe doit rester parfaitement rectiligne.

 

Au préalable, j'ai peint tout l'arrière du personnage ainsi que l'intérieur de la cape en marron très sombre, ces parties seront invisibles après assemblage, il suffit donc de les noyer dans l'obscurité.

L'étape suivante a consisté à "texturer" la surface de la cape pour lui donner l'apparence d'une étoffe très lourde, presque pelucheuse. La méthode est expliquée dans cet article. C'est assez long, car il faut y revenir à plusieurs reprises, mais le résultat est très réaliste. 

La présence de cette multitude d'aspérités favorisera la mise en ombres et lumières, par un travail de brossages et de jus successifs. Le bas de la cape, que je souhaite humide, est traité dans une tonalité plus sombre, se dégradant progressivement vers le haut.

Et de face ? J'ai volontairement choisi une gamme chromatique réduite, à base d'ocres et de marrons, juste égayée par quelques touches rouges pour la tunique et le cimier. Le travail est en cours, bien avancé, mais tout reste à finaliser ...

Dans le même temps, la réalisation du décor. La base est une fine couche de Milliput texturée à la spatule. La suite sera ... hivernale ! L'occasion d'essayer une nouvelle recette pour faire de la neige, à l'aide d'un produit ramené de Fokelstone. Le détail de la réalisation se trouve ici

 

Après de multiples reprises de peinture, le personnage peut rejoindre son socle sur lequel il sera solidement fixé par un piton métallique mis en place au départ  dans la jambe droite.

 

Encore et encore des retouches ... La gravure est tellement riche que rien ne doit être négligé. Mais quel plaisir d'y revenir à plusieurs reprises pour peaufiner les détails !

 

 

 

 

 

Le visage mérite qu'on s'y attarde, avec ici encore de nombreuses reprises en lavis et en glacis pour enrichir la carnation et travailler la barbe.

 

C'est enfin terminé. Firmus va pouvoir rejoindre son frère Festus qui l'attend dans la vitrine. Les trois premières pièces réalisées par Adriano Laruccia pour Alexandros Models sont exceptionnelles. Et que dire de la quatrième, un signifer à cheval. Mais ceci est une autre histoire ... bientôt !

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Charles bono (mardi, 04 novembre 2014 15:03)

    franchement superbe.
    La texture est vraiment très bien reconstituée, l'effet tissus lourd est bien présent.
    Il faudra que j’essaie. Peut être sur cette pièce que je suis en train de monter.
    Bravo JF.