Les pieds dans le plat !

Premiers pas en terre inconnue : la figurine plate.

 

Si je sais tenir un pinceau, je maîtrise absolument pas les techniques particulières de mise en lumière des plats que j'admire dans les concours sans y avoir jamais touché. Je vais donc franchir le Rubicon !

 

Pour ne pas être trop dépaysé, j'ai choisi des figurines de l'Antiquité. Deux chars de combat signés d'un dénommé Crannich (je n'en sais pas davantage). L'échelle est de l'ordre de 30 mm. La gravure me semble bonne et les deux pièces sont très dynamiques. Les deux faces sont en relief mais je vais me contenter de la face avant, les figurines étant destinées à être placées classiquement dans un encadrement sous verre (si elles le méritent, ce qui est loin d'être acquis ...).

 

Voici donc le compte-rendu de mes tribulations de débutant. Et tout d'abord les futures victimes de cette expérience.

La préparation est bien entendu plus rapide que celle d'une pièce en ronde bosse.

 

Premier constat : l'ébavurage est assez délicat. Ne pas confondre le joint de coulée avec la représentation d'une partie placée à l'arrière plan ! Mais il faut tout bien gratter, le moindre défaut en périphérie (sur le profil des personnages par exemple) risque d'être très visible.

 

Avec une pince coupante, j'élimine la palette à l'avant du décor qui ne sera pas utile.

 

Ponçage prudent au papier abrasif n° 400 et polissage à la laine d'acier 000, selon mes méthodes classiques. Il faut faire très attention aux petits éléments qui dépassent (les lances notamment) 

 

Après ce traitement, la fonderie révèle quelques petites piqûres que je comble avec un mélange de talc et de peinture (une recette donnée par un ami).

 

Plusieurs couches de peinture Humbrol bien diluée au WS permettent de traquer les défauts et de les éliminer au fur et à mesure. Toujours sur les conseils d'un ami, j'utilise du blanc mat (Hu n° 34), dont la luminosité devrait ressortir sous la peinture à l'huile. On verra bien ...

 

Les pièces sont fixées sur un morceau de carton d'emballage grâce à leur palette. C'est simple : un coup de cutter, on emboîte en appuyant un peu et ça tient tout seul.

 

Enfin, une photo en lumière orientée pour détecter les zones les plus éclairées :

  • sur la figurine de gauche, la lumière viendra de la droite et un peu de l'avant,
  • et sur celle de droite, la lumière viendra de la gauche et toujours un peu de l'avant.

Me voici fin prêt pour commencer la mise en couleurs !

Pas à pas en images. Je décompose la pièce en petits "sous-ensembles" que je m'applique à terminer en une séance de travail de 2 heures environ.

 

Compte-rendu à chaud de cette première étape : 

  • Peindre sur la sous-couche blanche (ce n'est pas dans mes habitudes, habituellement je commence par une base colorée) n'est pas évident. Malgré tous mes efforts pour opacifier les couleurs à l'huile, les coups de pinceaux restent apparents. Le fondu du bouclier (photo 4) est une horreur et je ne parle même pas de la robe des chevaux ... Il va falloir reprendre tout cela, alors que certains - paresseux - y arrivent du premier coup.
  • La mise en ombres et lumières nécessite de la réflexion. Assez facile pour les jambes des chevaux mais plus délicat pour la roue du chariot, qui semble pourtant évidente lorsqu'on a trouvé ...
  • La gravure est parfois approximative. Il faut alors tricher un peu pour obtenir des formes réalistes. Le positionnement des ombres est essentiel.

 

 

Malgré ces déboires, les volumes commencent à apparaître. Je ne suis pas trop mécontent de cette première phase ; en tout cas je reste motivé pour continuer !

Deuxième étape : je reprends pratiquement toutes les surfaces avec des glacis.

 

Selon une méthode expliquée par un ami (merci Daniel), la peinture est tout d'abord dégraissée sur un papier journal (voir ici) et placée sur la palette. A la pointe du pinceau, j'ajoute alors une petite pointe d'huile de lin purifiée (Talens) pour redonner de l'onctuosité. Assez curieusement, ce mélange devient bien mat au séchage (voir par exemple les parties rouges du chariot).

 

Je crois que je commence à y comprendre quelque chose !

Et voici la figurine terminée, en tout cas jusqu'à ce que je reçoive les commentaires des spécialistes qui devraient me conduire à la reprendre ... 

Justement, sur les conseils reçus, j'ai supprimé la partie du sol en contact avec le sabot. Deux petits coups de cutter, une retouche de peinture, et hop, c'est réglé. La prochaine fois j'y penserai avant !

Le second plat est peint selon le même procédé. Les chevaux seront gris pour varier les plaisirs. J'ai éclairé un peu plus celui qui se trouve au premier plan pour accentuer l'impression de relief.

Et les deux ensemble. Comme ils se doit, ils sont placés en boîte dans un encadrement sous verre

Voici qui termine cette première incursion dans le petit monde de la figurine plate. Un peu déroutante au départ mais à renouveler certainement !

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    jmc (samedi, 26 août 2017 20:00)

    Bonjour Jean Francois.
    Magnifique plats et super peinture.
    J'espere les voirs en vrai.
    A+JMC

  • #2

    Mundviller (mardi, 29 août 2017 09:56)

    Bravo belle maitrise de tes plats