Chef celte - Premier siècle avant JC

Dans la série des celtes lancée par Pegaso et Roméo voici déjà plusieurs années, Gianni La Rocca nous gratifie d’une nouveauté avec ce chef daté du 1er siècle avant Jésus-Christ. L’illustration de la boîte, peinte par Danielo Cartacci, nous montre un personnage armé d’une longue épée et porteur d’un bouclier. L’attitude est sobre et élégante. Coiffé d’un casque en bronze muni de longues cornes stylisées, il porte sur la poitrine un pectoral carré. Ses vêtements sont classiques : des braies, une tunique et une longue cape qui descend jusqu’au sol.

S’agissant d’un celte, le choix de la décoration est ouvert : selon ses envies et ses capacités, le peintre peut opter pour des vêtements unis tout simples, ou au contraire plus compliqués … et plus amusants ! C’est cette deuxième option que je vais choisir !

Tout d’abord ouvrons la boîte : on y découvre 7 pièces. La gravure et le moulage sont excellents, sauf pour le visage, un peu décevant au premier abord. La gravure est peu marquée, il va falloir jouer du pinceau pour lui donner du relief !

 

 Je commence par préparer chacune des pièces, en éliminant le joint de moulage à la lime et au papier abrasif n° 400.

Je vérifie que les pièces s'ajustent bien ensemble. Ensuite, je mets en place quelques pitons pour consolider les assemblages à venir.

Pour ces pitons, j'utilise des morceaux de trombone pour les plus gros éléments. Pour les plus petites pièces, les trombones sont souvent trop gros. J'emploie deux morceaux de fil de cuivre que je torsade (voir photo ci-contre). Le diamètre obtenu est d'environ 0,5 mm.

 

 

Puis je polis chaque pièce à la laine d’acier n° 000 pour obtenir une belle surface bien lisse.

Un dégraissage soigneux au produit à vaisselle puis deux couches de peinture Humbol gris mat 28 terminent cette phase préliminaire.

Voici le résultat sur la photo ci-dessous

 

Un assemblage à blanc me permet de vérifier que le montage ne posera pas difficulté (Photo 2, 3 et 4).

Je prépare déjà le futur décor en collant sur le socle la base en plomb fournie dans la boîte. Ceci sera d'ailleurs bien pratique pour les photos qui suivent !

 

 

Habituellement, j’assemble le plus possible mes figurines avant de commencer à la peindre.

 

Ici, c’est un peu compliqué : lorsque le personnage sera monté, certaines parties seront très peu accessibles. Ceci ne poserait pas de difficulté pour une décoration simple avec des vêtements unis. Mais comme je souhaite justement dessiner quelques carreaux, je préfère être prudent et ménager l’accès de mon pinceau.

 

Je vais donc commencer la peinture de chaque pièce individuellement.

Tout d’abord, je passe des sous-couches à la peinture Humbrol bien diluée au WS, dans des tons proches des couleurs définitives. Et je sors mes tubes de peinture à l’huile, pour commencer par les braies. 

Les deux images ci-dessus montrent les deux étapes de la couleur de fond du tissu, du marron clair (ou du beige foncé !).

 

Je passe deux couches de peinture pour accentuer très fortement les contrastes, car le motif de carreaux qui va suivre va aplatir le relief de la gravure.

 

Le tracé des carreaux est simple dans le principe : tout d’abord des lignes verticales (qui constituent déjà un résultat intéressant), séchage (45 mn au four à 90 °C), puis les lignes horizontales.

La difficulté est bien entendu de conserver une largeur de trait bien régulière, tout en épousant la gravure afin de former des petits carreaux bien … carrés ! On peut tricher, et je ne m’en prive pas, puisque toute la partie arrière sera masquée par la cape.

La peinture utilisée pour ces bandes est du brun Van Dyck étendu sur la palette avec un peu de WS.

Lorsque la figurine sera assemblée, je rajouterais quelques lumières sur les parties les plus éclairées (le genou droit par exemple).

 

 

Pour l'instant, je continue avec la tunique. Même principe : 

- tout d'abord, une couleur de fond bien contrastée, en deux couches,

- puis le dessin du motif, en l'occurrence des losanges.

Pas facile les losanges ! Je n’ai pas de botte secrète. Il faut les dessiner un à un, le plus régulièrement possible et en suivant les plis du tissus. Là encore, la cape va simplifier un peu les choses : inutile de peindre les losanges à l’arrière de la tunique, puisqu’on ne le verra plus du tout lorsque la pièce sera montée.

La couleur de base des losange est un mélange de TSB + TOB, toujours un peu dilué sur la palette 

Sur la photo, le bras droit est en place, mais la manche a été peint séparément, ainsi que l'épaule gauche.

 

Je suis ici en train de fignoler l'ajustement de ce bras avec la cape qui va venir le recouvrir.

 

Assez original ces découpages des pièces ! Mais ma foi efficace, une toute petite boulette de mastic (Milliput) suffira pour finir l'ajustement.

 

Vous remarquez que j'ai aussi monté le poignard (à droite) et surtout le fourreau de l'épée, qu'il serait impossible de placer avec la cape en place

 

 

 

Et voici justement la cape, avec l'épaule gauche, ainsi que la tête et le casque. Le montage s'effectue sans aucune difficulté et sans aucun raccord, tout ayant été bien préparé à l'avance. Enfin, ça commence à prendre forme !

 

 

Je peux donc passer aux finitions.

 

Les losanges de la tunique nécessitent d'être repris un par un pour accentuer les contrastes et bien marquer les plis.

 

J'ai ajouté une pointe de vert dans la couleur orange pour éviter que l'ombre des losanges clairs ne corresponde à la lumière des parties sombres. En outre, ce vert dessature la couleur orange, permettant ainsi d'obtenir un aspect moins criard et plus réaliste.

 

Les parties métalliques sont juste ébauchées sur cette image. Comme d'habitude, je les ai réalisées avec un mélange de poudre métallique et de peintures. Les finitions consisteront à apporter des nuances pour éviter d'avoir la même couleur de bronze partout.

 

Enfin, la peinture de la cape est entièrement refaite pour améliorer les contrastes et la texture du tissu. Les plis de la sculpture sont superbes, c'est un plaisir de les dessiner un à un en ombre et en lumière. Il ne restera qu'à salir légèrement le bas de la cape pour bien intéger le personnage dans son décor

 

La photo montre également le décor est en cours de construction.

 

Les gros volumes sont fabriqués en pâte à modeler de la marque DAS Pronto. Cette pâte, facile à trouver dans les magasins de loisirs créatifs, sèche naturellement à l’air libre. Elle n’est pas si « Pronto » que ça : il faut compter plusieurs jours pour sécher une épaisseur d’un cm. Mais on n’est pas pressé, et surtout, le DAS, c’est beaucoup moins cher que le Milliput !

 

Les petits trous visibles sur la photo permettent d'accélérer un peu le séchage en favorisant l'évaporation de l'humidité. Il serviront aussi d'accroche pour la coche de finition. 

 

 

 

A ce stade, il reste essentiellement le visage. J'ai dit plus haut que sa gravure était moyenne. En plus, il est engoncé au fond du casque, avec des couvre-joues proéminents. Difficile dans ces conditions de le rendre très expressif.

 

S'agissant d'un chef, j'opte pour un visage âgé et sévère, en rapport avec l'attitude générale du personnage.

 

Les rides d'expression étant peu marqués, je vais m'appliquer à les accentuer par des ombres très profondes.

 

Voici en 4 images l'évolution des travaux. La troisième photo est prise après la première couche de peinture à l'huile. Il a vraiment l'air trop gentil ! 

 

 

Et voilà, c'est presque terminé !

 

J'ai peint le bouclier séparément, afin de réaliser pouvoir réaliser un trompe l'oeil imitant le bois sur sa face intérieure. Le motif de la face extérieure est volontairement très simple pour ne pas alourdir la décoration qui me semble déjà assez chargée. 

 

Enfin, le décor se limite à un sol évocateur d'un sous-bois avec une souche d'arbre mort. Le tout est bien entendu peint dans des couleurs en harmonie avec celles du personnage.

 

Quelques salissures dans le partie basse de la pièce, une petite patine sur le bouclier, et la pièce pourra rejoindre d'autres camarades celtes qui l'attendent déjà dans leur vitrine.

 

Pour terminer, quelques vues sous plusieurs angles de la pièce finie. Cliquez les images pour les voir en entier. 

 

 

A vos commentaires, je vous laisse la parole !

Commentaires : 2
  • #2

    JFP (jeudi, 05 janvier 2012 19:43)

    @ Brenn : Merci !
    C'est une référence ROMEO (RM 54-090). Voici le lien :
    http://www.romeomodels.com/product_info.php?cPath=21&products_id=166

    Chez ROMEO et chez PEGASO vous devriez retrouver la plupart des celtes présentés ici et d'autres. Il y a de quoi faire !

  • #1

    Brenn (vendredi, 30 décembre 2011 10:50)

    Bjr, c'est encore moi...du fait, pourriez vous m'envoyer toutes les références des figurines Celtes qui vous présentez ou que vous auriez en "stock"???...pour la petite histoire j'ai le projet de regrouper toutes les figurines que je pourrais trouver, sur un même décor...et félicitations pour vos peintures...cordialement...Brenn